Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

dimanche 24 novembre 2013

A la recherche de commentateurs footballistiques passionnés


S’il existe un paradis des commentateurs sportifs, Thierry Gilardi et Thierry Roland ont dû être sacrément fiers de la prestation de l'Equipe de France de football face à l’Ukraine mardi dernier au Stade de France. Commentateurs compétents et passionnés, les deux Thierry vivaient chaque match des Bleus comme une fête.

Avec sa voix rauque inimitable et tellement attachante, Thierry Gilardi aurait certainement manifesté sa joie sans retenue sur le premier but en Bleus de Mamadou Sakho. Peut-être un peu dans l’esprit du commentaire enflammé qu’il avait réservé à Franck Ribéry pour son premier but international, inscrit un soir d’été 2006 lors de la rencontre Espagne-France en huitièmes de finale de Coupe du monde. Quant à Thierry Roland, connu pour son côté chauvin et râleur sympa, il aurait probablement contesté la décision arbitrale d’annuler un but de Karim Benzema jugé injustement hors jeu.

Serait-il allé jusqu’à traiter l’arbitre de « salaud » comme il l’avait fait lors du match Bulgarie-France comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1978, quand un penalty litigieux avait été accordé à la sélection bulgare ? Personne ne le saura mais son franc-parler et sa spontanéité apportaient parfois de la fraicheur dans le match. En se qualifiant pour la prochaine Coupe du monde, l’Equipe de France a sauvé son honneur mais il faut lui souhaiter des commentateurs télé un peu plus charismatiques que ceux qui sont censés accompagner les joueurs au Brésil dans quelques mois.

Souhaitons lui des passionnés de ballon rond proches du public qui soient là pour relater les matchs avec leurs tripes et transmettre des émotions fortes aux téléspectateurs jusqu’à faire aimer le foot à des gens qui ne le regardent jamais. Mais de grâce, débarrassez-la de ces journalistes sportifs qui donnent parfois l’impression d’être blasés et qui gavent leur public un peu trop souvent de commentaires aussi plats que les écrans de nos téléviseurs.

Tags:  ,  ,  

mercredi 6 juin 2012

Marre des stars de l'info, place à la jeunesse dans les JT


Voilà près d'une semaine que Laurence Ferrari a quitté le fauteuil de la grande messe du 20 heures de TF1. Depuis, son joker, Gilles Bouleau, a pris le relais jusqu'à la fin de l'été. Mais d'ici la rentrée, TF1 devra choisir un nouveau visage pour présenter les infos du soir en semaine. Chez les téléspectateurs, c'est Laurent Delahousse qui semble recueillir les le plus grand nombre de suffrages. Pourtant, celui qui fait les beaux jours des JT du week-end sur France 2, aurait des prétentions salariales assez élevées. Et pour cause, un éventuel transfert de Laurent Delahousse et de quelques uns de ses collaborateurs coûterait à TF1 deux millions d'euros par an, une somme qui aurait apparemment été jugée trop élevée par la chaine. Et ceci à juste titre. Car même si la mèche rebelle et le teint hâlé de Laurent Delahousse fait tourner la tête de nombreuses femmes (à tel point que sur Facebook on trouve un groupe intituilé "Pour ceux & celles qui regardent le JT de France 2 pour LAURENT DELAHOUSSE"), il n'en demeure pas moins vrai qu'il existe un tas d'autres jeunes journalistes pétillant(e)s qui n'auraient pas les prétentions des stars de l'info et qui pourraient tout aussi bien attirer des millions de téléspectateurs chaque soir. En bref, pour retrouver de bons pics d'audience sans pour autant casser sa tirerlire, TF1 ferait mieux de débaucher sa nouvelle perle sur France 24, I>Télé ou encore BFM TV.

Tags:  ,  

jeudi 10 septembre 2009

Pourquoi les Bleus feraient mieux de ne pas aller en Afrique du Sud


À lire la presse sportive ce matin, le match nul (1-1) que la France a concédé à la Serbie, avait des allures de grande rencontre sportive. Pourtant, quatre jours plus tôt lors de sa confrontation contre la Roumanie qui s'est soldée sur le même score, on tirait à boulets rouges sur les troupes de Raymond Domenech. Alors, n'en demande t-on pas un peu trop à l'Equipe de France de football ? N'est pas encore un peu trop en train de surfer sur l'épopée Coupe du Monde 1998 ? Une épopée dont il reste à ce jour un dernier rescapé, je nomme Thierry Henry qui a inscrit son 50ème sous le maillot bleu, un record en la matière. Pour éviter d'être la risée du monde entier en juin prochain, ne vaudrait-il pas peut-être mieux se priver de Coupe du Monde en 2010 pour mieux rebondir en 2014 ? La Coupe du Monde débute maintenant dans neuf mois et il est peu probable que ce délais suffise à Raymond Domenech, pour donner naissance à une nouvelle Equipe de France.

Tags:  ,  

mercredi 1 juillet 2009

Pourquoi NRJ mise sur Nikos Aliagas pour relancer son 6/9



L'information est tombée sur le blog de Jean-Marc Morandini aujourd'hui à la mi-journée. Nikos Aliagas, le présentateur emblématique de la Star Academy sur TF1, serait en bonne posture pour renouer avec ses premières amours, je veux parler ici des ondes radiophoniques. Il semble en effet que le dernier trio qui officiait dans la matinale de NRJ depuis septembre 2008 et qui était formé cette saison par Kash, Florian Gazan et Mustapha El Atrassi, n'ait pas entièrement convaincu les dirigeants de la radio de la rue Boileau. Face à des courbes d'audience bien plus faibles que par le passé, NRJ se lance donc un nouveau pari en recrutant Nikos Aliagas, pour réveiller ses auditeurs de 6h00 à 9h00 à partir du mois de septembre prochain.

Un enfant de la télé

En choisissant Nikos Aliagas, NRJ s'offre les services d'un animateur connu par une écrasante majorité de Français et qui pourrait bien élargir le public de la matinale de NRJ. Mais attention tout de même, car la partie n'est pas gagnée d'avance, la radio ce n'est pas la télé. Nikos Aliagas aura en face de lui des vieux briscards de la bande FM, des rois de la déconne et du canulard comme Manu Lévy sur Fun Radio, Difool et Romano sur Skyrock ou encore Cauet et toute son équipe sur Virgin Radio pour ne citer qu'eux. Avec son image jugée parfois un peu trop lisse à la télé, pour plaire à la ménagère de moins de 50 ans, Nikos devra donc se lâcher un peu plus pour conquérir un public jeune sur NRJ. Reste encore maintenant à savoir qui viendra accompagnera Nikos, pour rythmer certaines séquences de la future matinale de NRJ.

Tags:  

mercredi 3 juin 2009

Lettre ouverte à Stéphane Charbonnier alias Charb, suite à la caricature de l'accident du vol AF 447, parue dans Charlie Hebdo



Monsieur Charbonnier ou Charb si vous me le permettez,


voilà à peine quelques jours que votre mentor Philippe Val a jeté les amarres, que votre publication refait déjà parler d'elle. C'est bien connu quand on prend la place du chef, on cherche à s'affirmer et marquer au plus vite son territoire. Bien avant votre récente arrivée dans le fauteuil du grand manitou de la rédaction de Charlie Hebdo, votre goût démesuré de la provocation était déjà bien connu de l'opinion publique française.

La Une de votre hebdomadaire daté de ce jour, où figure une caricature mettant en scène un avion de la compagnie Air France, qui pique dans l’Océan et qui est légendée « 228 disparus … 228 abstentions de plus aux européennes ! », est purement et simplement scandaleuse. Je crois même que votre désormais illustre compère, Philippe Val, n'aurait pas atteint un tel degré d'indécence vis à vis du public.

En tant que directeur de la publication à Charlie Hebdo, comment avez-vous pu commettre un aussi grave dérapage ? La liberté d’expression est très certainement une des plus grandes richesses dont jouit notre nation, mais encore faut-il savoir la manier avec un minimum de rigueur et de déontologie.

Hélas, il est affligeant de constater qu'on ne vous ait jamais véritablement inculqué un minimum vital de déontologie dans vos jeunes années. Monsieur Charbonnier, si un membre de votre famille ou l’un de vos proches amis se trouvaient à bord de l'Airbus A330 d'Air France vol qui effectuait lundi dernier la liaison Rio de Janeiro – Paris Charles de Gaulle, auriez-vous agi de la même façon ? La légèreté et la désinvolture profondes qui caractérisent cette Une, vont à l'encontre des principes fondamentaux du respect de la dignité humaine.

D’autre part, vous annoncez 228 abstentionnistes de plus aux élections européennes qui se tiendront ce dimanche. Mais est-il peut-être utile de vous rappeler Monsieur Charbonnier, que les Brésiliens, les Américains, les Chinois, les Suisses ou encore les Libanais qui font partie des victimes du vol 447 d’Air France, n'auraient de toute façon pas eu vocation à prendre part dans cette consultation électorale, puisque celle-ci est exclusivement limitée aux 27 États membres de l’Union européenne ?

Honte à vous Monsieur Charbonnier, si vous espériez relancer les ventes de votre sinistre titre de presse en exploitant la détresse des gens, alors vous faites très clairement fausse route !

Bien confraternellement,

Philippe Gortych


Note personnelle : Par respect pour les disparus et les familles des victimes de la catastrophe du vol Air France 447 du lundi 1er juin 2009, je ne publierai pas la Une de Charlie Hebdo n°885 daté du 3 juin 2009 sur ce blog. Et pour celles et ceux que cela intéresserait éventuellement, ils trouveront sans aucun doute l'image de cette Une, sur des sites Internet qui font du sensationnel leur fonds de commerce.


Tags:  ,  ,  

mardi 2 juin 2009

AF 447 RIO-CDG : Quand la tragédie laisse déjà place au sensationnel



Il y'a encore deux jours si l'on vous demandait que vous évoquent les termes France et Brésil pris ensemble, vous auriez très probablement répondu France 98, Coupe du Monde ou encore 3-0, en somme des bons souvenirs et des émotions fortes et intenses comme seul le sport sait parfois nous en procurer. Hier 1er juin, en ce lundi de Pentecôte, Français et Brésiliens ont été envahis par une même et unique émotion mais l'ambiance n'était ni à la samba ni à la rumba que ce soit à Paris ou à Rio. Alors que la France entière apprenait à la mi-journée la disparition d'un Airbus A330 de la compagnie Air France, à quelques 8.500 kilomètres de là, sur la rive ouest de l'Océan Atlantique Sud, c'est également tout un peuple qui s'est réveillé dans la douleur et dans le deuil. Des deux côtés de l'Atlantique, que ce soit à Roissy Charles de Gaulle ou à l'aéroport de Rio de Janeiro, pour éviter que les familles des présumées victimes soient assaillies par des journalistes trop virulents, les autorités locales des deux pays ont préféré à juste raison isoler les familles des victimes présumées, dans des zones qui se trouvent en retrait des foules aéroportuaires, afin de les placer à l'abri des caméras de télévision et des flashs crépitants.

Voyeurisme malsain

Mais une fois de plus, les médias français ont fait preuve d'un manque de pudeur intolérable dans la couverture médiatique de cette catastrophe aérienne : toujours plus de bruits de couloirs, toujours plus de sensationnel, toujours plus de voyeurisme. Certes, une des missions du journaliste est d'emmener son public au plus près de l'information pour lui exposer au mieux la vérité, certes il n'est pas toujours facile pour un présentateur de meubler le temps d'antenne en direct lorsqu'on ne dispose que de très peu d'informations concrètes sur les raisons qui ont pu engendrer la catastrophe, en l'occurrence la perte de l'avion ; mais ces facteurs ne doivent en aucun cas constituer des raisons valables pour franchir les frontières du domaine de l'intime ou encore celles de l'immense choc émotionnel que peut provoquer la perte soudaine d'une mère, d'un fiancé ou d'un ami, de surcroît lorsqu'on ne sait pas encore où se trouvent les corps des présumées victimes.

Information Émotion

A ce propos, tout au long de la journée d'hier alors que les familles des victimes présumées affluaient au compte-comptes vers les terminaux des aéroports de Paris et de Rio de Janeiro, plusieurs journalistes de chaines de télévision françaises d'information en continu qui se trouvaient en plateau, n'ont pas hésité à poser des questions totalement absurdes et déplacées à leurs leurs envoyés spéciaux. Celles-ci portaient notamment sur l'ambiance qui régnait à l'intérieur des dits aéroports, sur l'état dans lequel les familles et les proches se trouvaient, sur ce qu'ils faisaient... Aujourd'hui encore en fin d'après d'après-midi, une journaliste de la rédaction de LCI a posté un bref article intitulé « Vol AF447 - "Dis-moi que t'es bien rentrée stp..." », dans lequel elle relate une phrase qu'une amie d'une victime du vol Air France, a publie hier sur le réseau social Facebook. Qui cela regarde, qui cela intéresse, laissons les familles et les proches des victimes en paix dans ces instants si pénibles et douloureux à traverser. D'ailleurs ce n'est pas un hasard si cet après-midi, Air France a rappelé à l'ordre les médias en les priant de respecter le deuil des familles, haro contre la dictature de l'information émotion !

Tags:  ,  ,  ,  

samedi 11 avril 2009

20 ANS renaît de ses cendres, mais pour combien de temps ?



Lancé en 1961 puis retiré des kiosques fin 2006 en raison d’une conjoncture publicitaire délicate, le magazine féminin 20 ANS a aujourd'hui fait son retour sur les étalages des marchands de journaux, signe qu'à première vue la presse magazine française peut encore compter sur de beaux jours. A la une de ce numéro de relance, des titres assez classiques pour un magazine féminin : Psycho : questions de filles, réponses de mecs – 30 astuces pour devenir canon ou encore l’éternelle et incontournable question que la plupart des femmes se sont posées au moins une fois dans leur vie : comment passer de l’amitié à l’amour ? Jusque là rien de bien original, mais en tournant la couverture glacée, il faut tout de même parcourir deux doubles pages de publicité pour arriver au sommaire et à un éditorial télégraphique d’une dizaine de lignes tout juste, signé Claire Crépon.

Rédactrice en chef à 19 ans

Ce nom ne vous dit rien ? C’est plutôt normal car la rédactrice en chef de cette nouvelle édition du magazine 20 ANS, qui apparaît étonnamment jeune sur la photo, n’est autre qu’une stagiaire et étudiante en communication âgée de tout juste … 19 ans ! On monte vite en grade au magazine 20 ANS ! Mieux encore, il semblerait que la grande majorité des rédactrices ont entre 18 et 20 ans, et selon un article paru sur le site internet de 20 Minutes, elles seraient payées à coups de lance-pierre : cinq euros pour un article d’une page, quinze euros pour un trois pages, jugez plutôt… Ajoutez à cela une rédaction fantôme qui ne dispose pas de locaux et qui se réunit seulement sur MSN Messenger, et on se demande vraiment quelles sont les chances de survie d’une telle structure ? Pour couronner le tout, lorsqu’on parcourt l’ours (1) de ce 20 ANS façon 2009, on a la surprise de retrouver des e-mails anonymes sur Orange ou Gmail et même le numéro de portable de la rédactrice en chef en personne, chapeau il fallait le faire ! Mais si jamais vous souhaitiez contacter la rédactrice en chef, ce n’est plus à Claire Crépon qu’il faudra s’adresser, car quelques jours avant la parution du magazine, elle a été remerciée. Explication de Frédéric Truskolaski, directeur de la publication : « on a estimé qu’elle était un peu jeune », vive le journalisme !


(1) En langage journalistique, c'est le terme qu'on emploie pour parler du texte publié dans chaque numéro d'une publication et où figurent les noms de contributeurs ainsi que les mentions légales.

Tags:  

lundi 2 mars 2009

Le Journal du Dimanche va prendre une journée d'avance



Samedi prochain, lorsque vous ferez escale chez votre marchand de journaux, vous verrez sans doute disposées sur les présentoirs les éditions du jour du Figaro, du Monde, d’Aujourd’hui en France, de l’EQUIPE, ainsi que celle du Journal du Dimanche (JDD). Oui oui vous avez bien lu JDD. En effet, après avoir soufflé ses 60 bougies l’an dernier et s’être offert un joli « lifting » de maquette pour l’occasion, le Journal du Dimanche s’apprête à vivre une petite révolution samedi 7 mars prochain, avec le lancement d’une édition du samedi qui sera baptisée Journal du Dimanche première édition.

Journal du Week-end

Pour Christian de Villeneuve, directeur de la rédaction du Journal du Dimanche, la mise en kiosques d’une première édition du Journal du Dimanche le samedi, correspond avant tout à l’idée d’ « aller vers le lecteur ». Car c’est bien connu, le dimanche matin on a souvent d’autres priorités que d’aller courir chez son marchand de journaux à la première heure. Ainsi avec une édition du samedi qui sera distribuée dès midi et qui restera en vente tout au long du week-end, le Journal du Dimanche première édition, sera une sorte de Journal du Week-end qui aura pour objectif de toucher un lectorat plus large que celui qui est déjà capté par l'actuel JDD. Et pour les lecteurs habituels de l’édition dominicale, pas d’inquiétude, le JDD continuera bien évidemment à leur fournir une information aussi fraîche que leurs croissants du dimanche matin.

Un bol d'air frais

Reste maintenant à savoir si l’édition du samedi du JDD risque à court ou long terme, de faire de l’ombre aux autres titres de presse distribués le même jour. A priori, les risques de concurrence directe paraissent assez limités. Car bien souvent, les lecteurs de quotidiens généralistes comme Le Monde, Aujourd’hui en France et de titres régionaux tels que Ouest France ou La Voix du Nord, sont très attachés à leur journal et ne voudront peut-être pas bousculer leurs habitudes de lecture. Et dans la mesure où le JDD du samedi sera seulement accompagné du magazine Version Femina, cette hypothèse semble encore plus probable dans le cas du Figaro qui est le seul quotidien à proposer chaque samedi une édition accompagnée de plusieurs suppléments (Le Figaro Magazine, Madame Figaro…). Ainsi, s'il veut espérer glaner des lecteurs à ses concurrents directs, le JDD du samedi devra nécessairement présenter l'actualité sous un nouvel angle, et trouver de nouvelles recettes pour mettre en scène l'information.

Quoi qu'il advienne, ce lancement représente une bonne nouvelle pour la presse écrite quotidienne française, de surcroit dans une période où l'édition de journaux quotidiens traverse une très lourde crise. Fidèles du Journal du Dimanche ou futurs lecteurs du JDD première heure, rendez-vous donc chez votre marchand de journaux samedi prochain en région parisienne et dans les grandes villes de France. Pour les autres, il faudra patienter pour voir si la sauce du dimanche prendra dès le samedi, avant d’envisager une distribution aux quatre coins de l’Hexagone.

Tags:  ,  

jeudi 12 février 2009

20 heures : deux hommes, une femme, triple choix



Aujourd’hui lorsque vous souhaitez regarder le journal télévisé de 20 heures, vous avez le choix entre TF1 et France 2, télévision privée contre service public. Eh bien sachez que ce duel éternel prendra les formes d’une lutte à trois très prochainement, car M6 a confirmé qu’elle s’invitera à la « grande messe » du 20h dès le 30 mars prochain. De rumeurs en démentis, dans les coulisses du PAF, cela va maintenant bientôt faire deux ans qu’on parlait du lancement d’un JT du soir sur M6. Une fois que les contours du projet ont pris forme au printemps 2008, l’identité de son présentateur potentiel n’en a pas suscité moins d’intrigue. Aller chercher Patrick Poivre d’Arvor fraîchement licencié par TF1 ? Faire confiance à un « présentateur maison » comme Guy Lagache qui a depuis 2003 brillamment succédé à Emmanuel Chain, aux commandes du magazine Capital ? Faire une proposition à Christophe Hondelatte, dont le magazine culturel « Vendredi, si ça me dit ! » programmé sur France 2 n'a pas trouvé pas son audience ? Ou peut-être alors faire les yeux doux à une jeune présentatrice talentueuse de la TNT ?

BCBG et labélisé Elysée

Après des mois de concertation et d’études, le verdict est tombé. En effet, selon une information publiée par le Parisien, M6 diffusera son premier JT de 20h le 30 mars prochain. Aux commandes de ce journal, on retrouvera à n'en pas douter Guy Lagache, au profil très BCBG et « labelisé » Elysée, depuis qu'il s’est récemment illustré dans l’interview présidentielle « Face à la crise » ; émission qu’il a co-animé avec Alain Duhamel de RTL, ainsi qu’avec ses deux futurs ennemis de demain : Laurence Ferrari et David Pujadas. Ces deux là n’ont qu’à bien se tenir, car le nouvel arrivant, Guy Lagache, sous ses airs d’élève studieux et de gendre idéal, risque fort de créer une petite révolution dans le monde du bon vieux journal télévisé. Diffusé à partir de 19h45, ce journal d’une durée approximative de 17 minutes, aura une longueur d’avance sur la concurrence au niveau de l’horaire, hautement stratégique pour les audiences à ce moment de la journée. Même si son JT sera plus court que celui de ses confrères, Guy Lagache évoluera tout de même dans un décor de plateau de télévision. Cela viendra ainsi mettre un terme à la longue tradition de M6, de privilégier la diffusion de flashs infos de 6 ou 10 minutes tout en images ; une stratégie qui n'a pas changé depuis la création de la chaîne en 1987, quand eut lieu le lancement infructueux d'un JT traditionnel.

L’info vitesse grand V

À une époque où l’information circule à la vitesse grand V sur le net, dans la presse payante et gratuite, les gens ont-il encore vraiment envie de « subir » la traditionnelle messe du 20 h, qui dure au moins une demi-heure ? Un JT plus court c’est peut-être également un moyen de capter de l’audimat chez les plus jeunes et ainsi les réconcilier avec l’info, d’autant plus que M6 se veut être une chaîne orientée vers un public jeune. Si on fait le constat du côté des audiences, on s'aperçoit qu'aujourd’hui, le journal de Laurence Ferrari navigue régulièrement sous la barre des 30% de parts de marché, tandis que son confrère David Pujadas lui grignote constamment des téléspectateurs, mais pour combien de temps encore ? Car Si Guy Lagache parvient à donner un rythme tonique à son JT, le pouce des clients de Ferrari et de Pujadas pourrait rapidement glisser sur la touche N°6 de la télécommande. Il va sans dire que ce soit du côté de la tour de verre TF1 à Boulogne-Billancourt, ou du côté de l’Esplanade Henri de France à Paris, les stratèges s’affairent déjà pour donner la réplique à un nouveau JT, qui sera produit pour sa part du côté de Neuilly-sur-Seine, commune la plus riche de France et chère à Nicolas Sarkozy.

Mise à jour du mercredi 18 février 2009 : M6 a repoussé le lancement de son 20h au 7 septembre 2009 Raisons avancées par la chaîne privée : une conjoncture économique et un marché publicitaire peu favorables. Alors même si ces arguments sont recevables en cette période exceptionnelle de crise, ce n'est pas la première fois que M6 reporte le lancement de ce 20h tant attendu. Dans ces conditions, la question qui se pose maintenant est de savoir si ce 20h de M6 n'est pas mort né, et si ce n'est pas le cas, a t-il réellement une chance de figurer dans la grille des programmes un jour ?

Tags:  ,  ,  ,  

jeudi 11 décembre 2008

Suicide assisté à la télé, quand le sensationnel va trop loin...


Alors que nous venons de célébrer le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, une chaîne de télévision privée britannique diffusait hier soir à une heure de grande écoute, un documentaire qui vous coupe le souffle à prime abord. Ce reportage programmé par Sky Real Lives, présentait la dernière journée et les ultimes minutes de la vie de Craig Ewert, un Américain de 59 ans atteint d'une maladie incurable et dégénérante, qui a choisi en 2006 de se rendre dans une clinique zurichoise pour mettre fin à son cauchemar.

Voyeurisme à tout prix

Nous connaissions déjà le goût démesuré du Royaume d'Angleterre pour les scandales et ses affaires de voyeurisme, qui sont relayés chaque semaine dans les journaux tabloids, mais cette fois-ci force est de se s'alarmer en se demandant si les médias ne sont véritablement pas allés trop loin. Comment peut-on atteindre et tolérer un tel degré d' « émotion réalité », et surtout jusqu'où iront les chaînes de télévision pour faire grimper leurs audiences à tout prix, et ceci même au risque de commettre les pires dérives ? Alors certes le malade et son épouse ont donné leur accord pour que ce suicide assisté soit filmé, mais ce reportage n'aurait pas du être diffusé à la télévision car la mort n'est pas un spectacle, la mort n'est pas un divertissement ! Qui peut-être subjugué par de telles images ? Sans doute une importante partie du lectorat de la presse people, pardon, de la presse poubelle, qui fait encore et toujours ses beaux jours. Car ce qu'il convient également de penser dans une telle affaire, c'est que si le public n'était pas suffisamment nombreux et friand de ce genre d'émissions, les télévisions ne les diffuseraient tout simplement pas. Quoi qu'en en pense, quoi qu'on en dise, que l'on cautionne ou non la diffusion de reportages de cette nature, il faut bien admettre que ce type de programme télévisuel, n'est rien d'autre que le reflet malsain d'une société malsaine et égarée, plus que jamais en quête perpétuelle de sensationnel.

Tags:  ,  ,  

lundi 3 novembre 2008

Les enjeux de la fin du monopole de L'EQUIPE dans les kiosques


Pour ce premier lundi du mois de novembre, au lendemain des triomphes éblouissants de Jo Wilfried Tsonga à Paris Bercy, Sébastien Loeb au Japon et Lewis Hamilton au Brésil, on a assisté à une petite révolution dans les kiosques de France et de Navarre. En effet, ce n'est pas un mais deux nouveaux quotidiens sportifs qui ont débarqué sur les présentoirs des marchands de journaux aux quatre coins de l'hexagone. Alors que L'EQUIPE jouissait d'une position de monopole depuis 1988, c'est désormais une course à trois qui s'annonce pour les prochains mois ou années à venir. Premier de ces deux nouveaux concurrents : Le 10 Sport, quotidien sportif d'information à dominante footballistique édité par Next Radio et RMC, il est vendu 0,50 euro et s'affiche avec "La passion du sport au quotidien" comme slogan. A côté, on retrouve Aujourd'hui Sport, qui se veut être la réplique du groupe de presse Amaury (éditeur de L'EQUIPE) au lancement du 10 Sport, sorte de quotidien sportif lowcost. Vendu au même prix que son concurrent, Aujourd'hui Sport se veut être un journal sportif plus généraliste, malgré un slogan qui prend des allures footballistiques : "Entrez sur le terrain".

Une concurrence relative

En tant que bon pressovore (excusez ce néologisme !), je n'ai donc pas hésité à courir au kiosque pour me munir de ces trois quotidiens, histoire de les mettre au banc d'essai. Et très rapidement, je me suis que du haut de ses 63 années d'édition, L'EQUIPE ne devrait pas se voir menacée. En parcourant les premiers feuillets du 10 Sport, la première impression que l'on a, c'est de tenir un tabloïd entre les mains : des titres à crever le papier, des photos démesurément grandes et des codes de couleurs franchement agressifs qui ne contribuent pas à donner une apparence soignée et crédible à la maquette. Du côté d'Aujourd'hui Sport, on est tenté de dire que c'est quasiment le même combat. Et pour cause, les illustrations ne sont pas plus petites, les titres tout aussi sensationnels et les couleurs pas moins "flashies". En ce jour de lancement, les premières questions qui se posent sont se savoir quelle part des lecteurs de L'EQUIPE ira chez la concurrence mais aussi combien de lecteurs de L'EQUIPE seraient éventuellement prêts à continuer à acheter L'EQUIPE et en plus un de ces nouveaux quotidiens pour les férus de sport ?

Une qualité lowcost

Il existe également une autre façon de voir les choses, c'est celle qui consiste à se dire que le pari de vendre ces nouveaux quotidiens à seulement 50 centimes n'est pas forcément le plus pertinent, car les lecteurs fidèles de L'EQUIPE, habitués aux analyses et commentaires pointus du quotidien le plus lu de France, ne verront pas d'inconvénient à débourser chaque jour 30 centimes d'euro de plus, pour avoir un produit de qualité. Autre facteur qui pourrait nuire à la prétendue attractivité de quotidiens sportifs vendus à 50 centimes, c'est la menace de la création éventuelle d'un quotidien sportif gratuit par un groupe de presse comme celui de Vincent Bolloré par exemple. Direct Matin et Direct Soir ont déjà trouvé leur place dans le paysage de la presse quotidienne gratuite, alors pourquoi ne pas imaginer un Direct Sport ? Le scénario n'est en tout cas pas à exclure, car le pari a déjà été tenté sur une formule hebdomadaire avec le magazine Sport free attitude, lancé en 2003 et distribué aujourd'hui dans 11 villes de France. En tout état de cause, si la presse française gratuite s'attaquait au créneau des quotidiens sportifs, Aujourd'hui Sport et Le 10 Sport risqueraient de se retrouver très rapidement sur le banc de touche.

Tags:  ,  

dimanche 8 juin 2008

PPDA limogé, le paquebot TF1 va prendre un nouveau cap



Patrick Poivre d'Arvor et TF1, voilà un tandem qui paraissait éternel aux yeux du public, tant les deux parties étaient devenus complémentaires, indissociables. Pourtant contre toute attente préalable, cette collaboration longue de 21 années va prendre fin d’ici quelques semaines. Quand on l’interrogeait sur la date à laquelle il quitterait le fauteuil du 20 heures, Patrick Poivre d'Arvor répondait inlassablement qu’il le ferait savoir aux téléspectateurs au moment venu mais qu’il s’était déjà fixé cette date. Hélas pour lui, le pape du journal télévisé français ne pensait pas partir si vite et a été rattrapé par le temps, l’âge et peut-être l’usure. En effet, depuis l’arrivée de Nonce Paolini à la direction de TF1 en 2007, en remplacement de Patrick le Lay, le climat s’est quelque peu détérioré entre le présentateur vedette et son équipe de direction. Au début de l’année 2008, un ouvrage intitulé Madame, Monsieur, Bonsoir... : Les dessous du premier JT de France est venu mettre en lumière les coulisses parfois houleuses de la grande messe du 20 heures la plus regardée d’Europe. Entre temps à l’Elysée, Nicolas Sarkozy aurait signifié son agacement que les chaînes de télé fassent appel à des journalistes peu incisifs et un peu trop politiquement correct pour réaliser les interviews élyséennes. Dans ces propos, PPDA qu’il ne porte pas d’ailleurs dans son cœur, était directement dans sa ligne de mire. Bien que l’Elysée ait démenti toute intervention du Président de la République dans le limogeage de PPDA, on connaît néanmoins les liens indéfectibles qui existent entre Nicolas Sarkozy et le groupe Bouygues et qui ont par conséquent favorisé cette éviction annoncée.

Vers un syndrome PPDA ?

Le départ imminent de PPDA marque la fin d’une époque à TF1, car disons le franchement le journaliste faisait « partie des meubles » sur cette chaîne et c’est à se demander si ses collègues Jean-Pierre Pernault ou Claire Chazal ne seront pas tôt ou tard invités à suivre la sortie. En effet, face à la concurrence que lui imposent par exemple les chaînes d’info en continu de la TNT comme I-Télé ou BFM où les présentateurs sont jeunes, beaux et dynamiques, TF1 fait figure de has been en matière d’information. Pour négocier ce nouveau virage, TF1 a fait appel à une ancienne de la maison, je nomme Laurence Ferrari, partie sur Canal+ il y’a deux ans après avoir congédié entre autres à cause d’une interview de Nicolas Sarkozy jugée trop impertinente. Un style d’interview qui n’a pas du tout déplu à l’intéressé lui-même et qui n’a d’ailleurs pas manqué de souligner toute l’admiration qu’il portait à la jeune journaliste, à tel point qu’en janvier 2008 lorsqu’ils venaient tous deux de divorcer, la presse française leur avait même prêté une romance ! Quoi qu’il en soit, Laurence Ferrari saura sûrement donner un ton plus enthousiaste et jeune au journal du soir. Dans le chapitre des journaux télévisés, il paraît que le jeu des chaises musicales n’est pas encore terminé pour cette année et il faut s’en réjouir car le PAF est souvent bien trop figé dans le temps côté animateurs et présentateurs. Quant à PPDA, recordman mondial de la longévité en JT et passionné de voile, il saura en très grand professionnel donner un nouveau cap à sa carrière.

Tags:  ,  ,  ,  

Pages 1 2 3 4 >>