Au Sens Large : blog actualit politique franaise et internationale

Calendrier

« avril 2014
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


jeudi 11 décembre 2008

Suicide assisté à la télé, quand le sensationnel va trop loin...


Alors que nous venons de célébrer le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme, une chaîne de télévision privée britannique diffusait hier soir à une heure de grande écoute, un documentaire qui vous coupe le souffle à prime abord. Ce reportage programmé par Sky Real Lives, présentait la dernière journée et les ultimes minutes de la vie de Craig Ewert, un Américain de 59 ans atteint d'une maladie incurable et dégénérante, qui a choisi en 2006 de se rendre dans une clinique zurichoise pour mettre fin à son cauchemar.

Voyeurisme à tout prix

Nous connaissions déjà le goût démesuré du Royaume d'Angleterre pour les scandales et ses affaires de voyeurisme, qui sont relayés chaque semaine dans les journaux tabloids, mais cette fois-ci force est de se s'alarmer en se demandant si les médias ne sont véritablement pas allés trop loin. Comment peut-on atteindre et tolérer un tel degré d' « émotion réalité », et surtout jusqu'où iront les chaînes de télévision pour faire grimper leurs audiences à tout prix, et ceci même au risque de commettre les pires dérives ? Alors certes le malade et son épouse ont donné leur accord pour que ce suicide assisté soit filmé, mais ce reportage n'aurait pas du être diffusé à la télévision car la mort n'est pas un spectacle, la mort n'est pas un divertissement ! Qui peut-être subjugué par de telles images ? Sans doute une importante partie du lectorat de la presse people, pardon, de la presse poubelle, qui fait encore et toujours ses beaux jours. Car ce qu'il convient également de penser dans une telle affaire, c'est que si le public n'était pas suffisamment nombreux et friand de ce genre d'émissions, les télévisions ne les diffuseraient tout simplement pas. Quoi qu'en en pense, quoi qu'on en dise, que l'on cautionne ou non la diffusion de reportages de cette nature, il faut bien admettre que ce type de programme télévisuel, n'est rien d'autre que le reflet malsain d'une société malsaine et égarée, plus que jamais en quête perpétuelle de sensationnel.

Tags:  ,  ,  

mercredi 3 décembre 2008

En confiant la diplomatie à Hillary, Obama (se) fait un beau cadeau



Un mois après son éclatante et historique victoire face au camp républicain de John McCain, le président élu Barack Obama termine de dessiner les contours de sa future administration. Cette « Dream Team » comme on l'appelle outre-Atlantique, qui devra donner raison aux 53% d' Américains qui le 4 novembre dernier, ont porté leurs voix sur celui qui est désormais ancien sénateur de l'Illinois. Pour son casting présidentiel, Obama est allé massivement « recruter » dans le clan Clinton, en commençant par une clintonienne de la première heure : Hillary herself, meilleure amie de Bill et meilleure ennemie de Barack himself. Et il faut bien dire qu'après sa déroute dans la course à l'investiture et toutes les paroles amères jetées envers son ancien rival, désormais « Boss » comme il se qualifie lui-même en privé, Hillary Clinton a reçu un beau lot de consolation, en se voyant confier la charge de Secrétaire d'Etat, pour succéder à la charismatique Condie Rice. A défaut d'être devenue la première femme présidente des Etats-Unis d'Amérique, Hillary Clinton devient tout de même avec cette nomination, la première ex-First Lady à occuper un poste à hautes responsabilités dans une administration d'Etat américaine. Néanmoins, la tâche s'annonce musclée pour elle, car sans vouloir entrer dans le détail, l'héritage diplomatique que laissera George W.Bush à Barack Obama le 20 janvier prochain, ne sera pas des plus faciles à porter...

Difficile transition

Comment sortir du bourbier irakien, dialoguer ou non avec l'Iran, quelles relations entretenir avec la Chine, la Russie et Israël, comment redorer l'étoile des Etats-Unis dans le monde, voilà les principales problématiques auxquelles sera très rapidement confrontée l'administration démocrate du président Obama. Néanmoins, on peut s'interroger sur la viabilité du couple Obama-Clinton, qui ne ressemble nullement un mariage d'amour. En effet, d'une part les deux démocrates ne sont pas tout à fait sur la même longueur d'onde sur tous les dossiers chauds, et d'autre part on se souvient que durant les primaires démocrates, Hillary Clinton n'était pas moins méprisée dans le camp Obama en étant régulièrement présentée comme le « monstre ». Un surnom qui avait d'ailleurs coûté sa place à Samantha Power, conseillère de campagne du président élu. Ironie du sort, cette même Samantha Power fait aujourd'hui partie, de l'équipe chargée de préparer l'arrivée d'Hillary Clinton aux affaires étrangères.

Neutraliser l'adversaire

En nommant Hillary Clinton à la tête de la diplomatie américaine, Barack Obama offre une belle tribune à l'ex-First Lady, mais il anticipe déjà le futur en parallèle pour essayer de neutraliser toute ambition présidentielle de sa nouvelle associée. Reste maintenant à savoir si Hillary Clinton lui restera loyale tout au long de son mandat, mais également si à l'horizon 2011 lorsqu'elle sera âgée de 64 printemps, elle se sentira encore prête pour de nouveau se lancer dans la course à l'investiture pour la présidence de la première puissance mondiale, qui alors ne le sera peut-être plus. Au final, dans ce jeu de chaises musicales, le vrai gagnant n'est pas forcément celui que l'on croit être. Car comme Hillary laisse son siège de sénatrice de New York vacant, il semblerait selon les derniers échos de la presse américaine, que son séducteur de mari soit en bonne posture pour le récupérer, et plus si affinités.

Tags:  ,  ,  

lundi 3 novembre 2008

Les enjeux de la fin du monopole de L'EQUIPE dans les kiosques


Pour ce premier lundi du mois de novembre, au lendemain des triomphes éblouissants de Jo Wilfried Tsonga à Paris Bercy, Sébastien Loeb au Japon et Lewis Hamilton au Brésil, on a assisté à une petite révolution dans les kiosques de France et de Navarre. En effet, ce n'est pas un mais deux nouveaux quotidiens sportifs qui ont débarqué sur les présentoirs des marchands de journaux aux quatre coins de l'hexagone. Alors que L'EQUIPE jouissait d'une position de monopole depuis 1988, c'est désormais une course à trois qui s'annonce pour les prochains mois ou années à venir. Premier de ces deux nouveaux concurrents : Le 10 Sport, quotidien sportif d'information à dominante footballistique édité par Next Radio et RMC, il est vendu 0,50 euro et s'affiche avec "La passion du sport au quotidien" comme slogan. A côté, on retrouve Aujourd'hui Sport, qui se veut être la réplique du groupe de presse Amaury (éditeur de L'EQUIPE) au lancement du 10 Sport, sorte de quotidien sportif lowcost. Vendu au même prix que son concurrent, Aujourd'hui Sport se veut être un journal sportif plus généraliste, malgré un slogan qui prend des allures footballistiques : "Entrez sur le terrain".

Une concurrence relative

En tant que bon pressovore (excusez ce néologisme !), je n'ai donc pas hésité à courir au kiosque pour me munir de ces trois quotidiens, histoire de les mettre au banc d'essai. Et très rapidement, je me suis que du haut de ses 63 années d'édition, L'EQUIPE ne devrait pas se voir menacée. En parcourant les premiers feuillets du 10 Sport, la première impression que l'on a, c'est de tenir un tabloïd entre les mains : des titres à crever le papier, des photos démesurément grandes et des codes de couleurs franchement agressifs qui ne contribuent pas à donner une apparence soignée et crédible à la maquette. Du côté d'Aujourd'hui Sport, on est tenté de dire que c'est quasiment le même combat. Et pour cause, les illustrations ne sont pas plus petites, les titres tout aussi sensationnels et les couleurs pas moins "flashies". En ce jour de lancement, les premières questions qui se posent sont se savoir quelle part des lecteurs de L'EQUIPE ira chez la concurrence mais aussi combien de lecteurs de L'EQUIPE seraient éventuellement prêts à continuer à acheter L'EQUIPE et en plus un de ces nouveaux quotidiens pour les férus de sport ?

Une qualité lowcost

Il existe également une autre façon de voir les choses, c'est celle qui consiste à se dire que le pari de vendre ces nouveaux quotidiens à seulement 50 centimes n'est pas forcément le plus pertinent, car les lecteurs fidèles de L'EQUIPE, habitués aux analyses et commentaires pointus du quotidien le plus lu de France, ne verront pas d'inconvénient à débourser chaque jour 30 centimes d'euro de plus, pour avoir un produit de qualité. Autre facteur qui pourrait nuire à la prétendue attractivité de quotidiens sportifs vendus à 50 centimes, c'est la menace de la création éventuelle d'un quotidien sportif gratuit par un groupe de presse comme celui de Vincent Bolloré par exemple. Direct Matin et Direct Soir ont déjà trouvé leur place dans le paysage de la presse quotidienne gratuite, alors pourquoi ne pas imaginer un Direct Sport ? Le scénario n'est en tout cas pas à exclure, car le pari a déjà été tenté sur une formule hebdomadaire avec le magazine Sport free attitude, lancé en 2003 et distribué aujourd'hui dans 11 villes de France. En tout état de cause, si la presse française gratuite s'attaquait au créneau des quotidiens sportifs, Aujourd'hui Sport et Le 10 Sport risqueraient de se retrouver très rapidement sur le banc de touche.

Tags:  ,  

samedi 1 novembre 2008

Le secret du baby boom hollandais



Si je vous demande quel est le rapport entre une coupure d’électricité de 50 heures et un baby boom, vous n’aurez pas forcément la réponse sur le bout des lèvres dans les 10 secondes qui viennent. Eh bien pourtant, sachez qu'il en existe un ! Pour expliquer cela, il faut se mettre en situation. Par une soirée glaciale de décembre 2007, onze villages de l'est des Pays-Bas se sont retrouvés privés d'électricité pendant plus de deux jours. Certains habitants se sont réfugiés chez des amis ou de la famille habitant aux alentours, tandis que d'autres ont du rester chez eux le temps que le problème soit résolu. A l'ère du tout numérique, lorsque la télévision et internet ne fonctionnent pas, il faut bien s'agrémenter ses soirées comme on peut, de surcroît en plein hiver lorsque le mercure indique des températures négatives. En tout état de cause, il faut bien croire que nos joyeux lurons ne se sont pas ennuyés dans l'obscurité, car 9 mois après la fête les faits, le canton a vu son taux de natalité augmenter de 44% par rapport à l'année précédente ! Plutôt que de parlementer durant des heures sur de nouvelles mesures pro-natalité, aux Pays-Bas on a vite compris que panne d'électricité rime avec natalité.

Tags:  ,  

mardi 21 octobre 2008

Lettre ouverte à Mickael Vendetta, star en carton 2008 du net


A tout hasard, sait-on jamais, avez-vous peut-être déjà entendu parler de l’ultime BUZZ, euh pardon … PARODIE du net ? Son nom à lui c’est Mickael Vendetta, alias MV, un petit bonhomme de 21 ans, parfait anonyme qui se prend pour un beau gosse planétaire mais qui reste « célibataire entre guillemets » comme il le confirme lui-même. Malheureusement pour lui, ce jeune homme a sûrement du trop regarder la télé durant son adolescence (qu'il n'a apparemment pas encore terminé), car il prend un peu trop ses rêves pour la réalité. Si le nom pseudo de Mickael Vendetta ne vous dit vraiment rien, alors je vous rassure vous ne devez pas être seul(e) et vous n’avez rien perdu, mais si vous avez 4 minutes 32 secondes à tuer (et pas une de plus !), voyez plutôt ça : mégalo, myho, parano ? Qui suis-je, qui suis-je ? Mickael Vendetta bien sur ! Vous pouvez couper à tout instant, MV ne vous en voudra pas, hein Mickael ? Suivez-moi, ça se passe par là pour cette petite séance de rattrapage…

Lire la suite...


Tags:  

vendredi 10 octobre 2008

Le multilinguisme, une chance pour l'Union européenne



Le 26 septembre dernier, dans le cadre de la Présidence Française de l’Union Européenne (PFUE), les langues du vieux continent étaient en fête. A cette occasion, de très nombreux responsables européens, chefs d’entreprises, traducteurs et journalistes se sont donnés rendez-vous dans le Grand Amphithéâtre de la Sorbonne, où se sont déroulés les Etats généraux du multilinguisme. Multilinguisme pour la compétitivité des entreprises, multilinguisme pour l’identité européenne et multilinguisme pour le dialogue interculturel, tels ont été les thèmes abordés.

Lire la suite...


Tags:  

mardi 16 septembre 2008

Sebastian Vettel, l'héritier ?



D'habitude, lorsqu'on entendait l'hymne allemand suivi de l'hymne italien sur un podium de Formule 1, c'était pour célébrer une des innombrables victoires de Michael Schumacher sur sa Ferrari. Mais depuis que le Baron Rouge a quitté les circuits, il y'a maintenant bientôt deux ans, et que son frère cadet Ralf se soit lui aussi retiré de la compétition la saison dernière, on se demandait bien quel pilote allemand parviendrait à faire retentir Das Deutschlandlied de nouveau. Parmi les pilotes engagés dans le Championnat du monde 2008 de Formule 1, cinq d'entre eux sont tout de même de nationalité allemande, mais en début de saison aucun de ces conducteurs ne disposait en théorie la monoplace qui pouvait lui permettre de créer la surprise et rêver de victoire.

Recordman de la précocité

Mais contre toute attente, Sebastian Vettel a fait mentir tous les pronostics lors du dernier Grand Prix qui s'est tenu à Monza dans le temple de la vitesse. Bénéficiant de conditions météo diluviennes, il a décroché la première place lors des essais qualificatifs du samedi sur sa modeste Toro Rosso, ce qui fait de lui à 21 ans et 2 mois, le plus jeune poleman de l'histoire de la Formule 1. Et comme un bonheur ne vient jamais seul, le jeune loup a transformé l'essai le lendemain en s'imposant dans un Grand Prix d'Italie qu'il a parfaitement su mener de bout en bout. Par la même occasion, il décrochait un autre record : celui du plus jeune vainqueur que la F1 n'ait jamais connu. Comme Schumi à son époque, Vettel a pu compter sur la pluie, sa vieille amie, pour s'imposer avec panache dans une course folle.

Doté d'une étonnante maturité et du sang froid d'un vieux guerrier, il aura seulement fallu 22 courses à Sebastian Vettel pour monter sur la plus haute marche du podium. Derrière sa bouille de Petit Prince de la F1, se cache très probablement l'un des grands champions de demain. Celui que l'on s'amuse déjà à surnommer le Baby Schumi dans le paddock de la Formule 1, a déjà gagné le respect de son septuple champion du monde illustre d'aîné qui l'a surnommé le « Futur Moi » ! La comparaison est peut-être un peu rapide, mais il faut bien reconnaitre que du haut de ses 21 printemps, Sebastian Vettel n'a pas fini de battre les records ni de faire le spectacle en tête.

Symbole des hymnes

A l'endroit même où Michael Schumacher remportait en septembre 2006 la 90ème et avant dernière victoire de sa longue carrière, et où il annonçait aussi le même jour au monde du sport automobile qu'il mettrait un terme à sa carrière de pilote à la fin de la saison, après plus de 250 week-ends de course au compteur, Sebastian Vettel, petit prodige allemand de 21 printemps tout juste, venait glaner ses premiers lauriers dans la catégorie reine du sport automobile. Dimanche après-midi, sur le podium de Monza, l'hymne allemand a bien procédé l'hymne italien, mais le tandem avait changé d'identité. Sebastian dans le rôle de l'héritier, c'est l'avenir que bons nombres de commentateurs lui prédisaient le soir de la course.

Tags:  

jeudi 4 septembre 2008

Une vice-présidente venue d'Alaska



John McCain ne serait t-il pas trop âgé pour briguer la Maison Blanche ? En effet, on peut se demander s'il n'est pas un peu tard pour se lancer dans la course à l'élection présidentielle lorsqu'on appartient à la catégorie des septuagénaires, de surcroit lorsqu'on connait le rythme marathonien des meetings de campagnes présidentielles. Qu'importe, cet ancien vétéran du Vietnam n'a peur de rien, et comme un coup de pouce du destin, le 29 août dernier c'est à dire le jour de son 72ème anniversaire, le candidat républicain à la Maison Blanche s'est offert une véritable cure de jouvence. Vous pensiez à un lifting ou à une injection de botox ? Mauvaise pioche ! Il a fait bien mieux, car contre toute attente, il a désigné une jeune femme de 44 ans pour faire la course vers Washington avec lui. Et c'est une surprise de taille, puisque c'est en effet la première fois qu'un tandem à l'élection présidentielle américaine sera mixte. Dans le camp républicain on ne parle plus de colistier mais bien de colistière, qui n'ayons pas peur des mots cache un petit côté glamour, ce qui ne sera pas pour desservir à John McCain.

L'anti-Hillary des républicains

Sur le Curriculum vitae de cette colistière surprise, on peut lire : Sarah Palin, 44 ans, Gouverneure d'Alaska depuis 2006, mariée et mère de cinq enfants et ... lauréate du titre de dauphine de Miss Alaska dans les années disco, excusez du peu... Fervente activiste contre l'avortement, on a appris que sa fille âgée de 17 ans, se trouve actuellement enceinte ! En somme, en désignant une femme quarantenaire, McCain a fait d'une pierre deux coups : d'une part car il parvient à faire oublier un peu son âge avancé, et d'autre part car cela lui offre la possibilité d'aller « draguer » certaines électrices d'Hillary Clinton, déçues de sa non investiture dans le camp démocrate. Suite à la désignation de Sarah Palin du côté républicain, on voit donc que John McCain mise sur la jeunesse et que son rival Barack Obama a préféré tabler sur l'expérience en choisissant Joseph Biden, 65 ans.

Mais si l'on entre un peu plus dans le détail, on constate toutefois que la moyenne d'âge des deux tandems est quasiment la même : 56 ans du côté démocrate, 58 printemps pour le camp républicain. Mais au delà ces considérations purement numériques, on voit tout de même qu'en désignant une femme pour épauler McCain, le camp républicain est venu voler la vedette aux démocrates qui pensaient il y'a encore quelques mois remporter l'élection présidentielle avec une femme en tête d'affiche. A 70 jours du vote, les jeux restent donc désormais plus qu'ouverts. Espérons seulement que durant les débats avec Obama et Biden, lorsque John McCain (Sénateur de l'Arizona) soufflera le chaud, Sarah Palin (Gouverneure d'Alaska) saura souffler le froid...

Tags:  

lundi 1 septembre 2008

Angela Superstar



Pour la troisième année consécutive, le magazine économique américain Forbes a décerné la palme de la femme la plus puissante du monde à la chancelière allemande. Angela Superstar, c’est le titre que l’on devrait attribuer à la chancelière allemande, qui depuis 2006 caracole en tête du classement annuel des 100 femmes les plus influentes dans le monde établi par Forbes. Dans cette compétition, Angela Merkel est classée devant Sheila Blair qui préside la Corporation Fédérale des Dépôts aux Etats-Unis. La troisième place revient à Indra Nooyi, Présidente de Pepsico. Du côté français, on peut signaler la belle 14ème place de la ministre française de l’Economie et des Finances, Christine Lagarde. D'ici à un an, pour le prochain classement, on se demande bien quelle femme française pourrait créer la surprise et émerger dans le TOP 10 ?

Tags:  

lundi 25 août 2008

Sébastien Bourdais, un avenir en pointillés



Annoncé en début d’année comme le nouvel espoir du sport auto français, Sébastien Bourdais, pilote de Formule 1 dans l’écurie Toro Rosso, a effectué une entrée non sans difficultés dans la discipline reine de la course automobile. Après trois saisons de F3000 (l’antichambre de la Formule 1) entre 2000 et 2003 où il a décroché le titre mondial à une reprise en 2002, aucune écurie de F1 n’a souhaité faire confiance au talent prometteur de ce jeune loup originaire du Mans. Déterminé et audacieux, le frenchie ne s'est pas pour autant résigné et a décidé de sauter le pas pour tenter le rêve américain. Un choix qui s’est avéré être plus que judicieux car en cinq années de compétition, il est devenu quadruple vainqueur du championnat nord-américain de Champ Car, Bourdais était alors promis à un bel avenir pour son retour sur le continent européen.

L'impossible rêve européen ?

Auréolé de ses succès transatlantiques, le rêve de gosse de Bourdais n’avait pourtant pas bougé d’un iota, il voulait devenir pilote de Formule 1 et rien d’autre. Largement soutenu par son manager, Nicolas Todt (fils de l’ancien directeur général de l’écurie Ferrai), Bourdais est finalement parvenu à décrocher un volant pour la saison 2008 grâce à des essais concluants qu’il a réalisé pour la petite équipe Toro Rosso. Conscient du fait qu’il n’avait pas décroché un ticket pour la gloire rapide, Bourdais était néanmoins sur qu’il s’était accroché au bon wagon. Même avec une voiture moyennement performante, il arrive qu’un jeune pilote débutant puisse se faire remarquer par le dirigeant d'une grande équipe. Le cas de Michael Schumacher qui s’est fait débaucher par Flavio Briatore au terme d’une course en 1991, en est l’exemple le plus éclatant.

Cinq mois après le lancement de la saison 2008 de Formule 1, l’éclosion de son talent se fait cependant toujours attendre. Au terme de 12 des 18 courses de du championnat, le coureur manceau a récolté une bien maigre moisson : 2 points inscrits lors de la première course, ce qui le place à la 18ème place du classement provisoire. Alors certes, il n’est pas facile d’entrer dans la cour des grands avec une des monoplaces les plus modestes du plateau, mais depuis le début de la saison, le jeune français n’a jamais semblé être en mesure de réaliser un coup d’éclat ni même de se battre pour les places d’honneur sur le sec comme sur la pluie. Abonné aux dernières places sur les grilles de départ, Bourdais a également trop souvent été trahi par sa mécanique aussi bien en situation de course que durant les essais qualificatifs.

Vers le syndrome Zanardi ?

Ce constat montre bien qu’il n’y pas d’effet miroir entre le Champ Car et la Formule 1. En effet, bien qu’elles puissent paraître similaires, il s’agit de deux disciplines très différentes et ce n’est pas parce qu’on a décroché le Graal aux Etats-Unis, que le succès sera nécessairement au rendez-vous en Europe. A titre de comparaison, on peut prendre l’exemple du pilote italien Alessandro Zanardi qui avant de remporter à deux reprises le championnat de Champ Car en 1997 et 1998, avait réalisé un bref en F1 pour ensuite y revenir après l’expérience américaine le temps d’une saison. Autant il n’était pas doté d’une bonne Formule 1 avant son passage en Champ Car, autant il disposait d’une des meilleures monoplaces à son retour des Etats-Unis, ce qui ne l’a pas empêché de connaître une longue descente aux enfers tout au long de la saison 1999. Sébastien Bourdais serait-il alors peut-être victime du syndrome Zanardi ? Il y’a de grandes chances. En tout état de cause, il reste 6 courses au jeune français pour faire taire les rumeurs, sauver la mise et peut-être sa carrière en Formule 1. Néanmoins lorsqu’on pilote pour une écurie dont le principal sponsor n’est autre que Red Bull et dont le slogan est GIVES YOU WINGS, espérons que Sébastien se sentira encore poussé des ailes d’ici la fin de la saison, le défi est lancé.

Tags:  

mercredi 30 juillet 2008

Jean Dujardin pressenti pour incarner le rôle de Jacques Chirac



La rumeur court, enfle et persiste, l'acteur français Jean Dujardin est pressenti pour incarner très prochainement le rôle de l'ancien Président français, Jacques Chirac, dans un docu-fiction qui sera réalisée par France Télévisions. Jean Dujardin dans la peau de Jacques Chirac, qui donnerait la réplique à Denis Podalydès, qui jouerait lui-même le rôle de François Mitterrand, ce serait donc l'affiche d'un scénario où les deux hommes se rencontreraient dans un dîner organisé par Edith Cresson, au cours duquel ils discuteraient une stratégie pour "couler" Valéry Giscard d'Estaing, alias VGE, aux élections présidentielles de 1981. Un casting plutôt séduisant sur le papier mais malgré l'éventail des talents de Jean Dujardin qui lui a permis de s'offrir plusieurs jolis rôles au cours de sa jeune carrière, il n'est pas sur que son petit côté "dragueur des plages" dont il a usé à la perfection dans Brice de Nice ou la série télévisée Chouchou et Loulou, corresponde parfaitement au scénario du metteur en scène William Karel. Car ne se met pas dans la peau de Jacques Chirac qui veut, à moins de s'appeler Karl Zéro...

Tags:  ,  ,  

dimanche 27 juillet 2008

L'Espagne, cette usine à champions



Nadal, Sastre, Casillas, voilà trois sportifs de haut niveau qui ont tous les trois deux points en commun. Le premier concerne leur nationalité, ils sont Espagnols, le second a un rapport avec leur palmarès, ils ont tous les trois remporté au moins un tournoi sportif majeur au cours de l'année 2008. Fierté nationale du Royaume d'Espagne, ces trois sportifs mondialement connus n'ont pas été les seuls à faire la gloire du pays au cours des derniers mois. En effet, l'Espagne a également su s'illustrer dans d'autres disciplines sportives un peu moins médiatisées. A titre d'exemple, nous pouvons citer le basketteur Pau Gasol ou la championne de natation synchronisée Gemma Mengual. Nation peu habituée au podium dans les compétitions sportives au cours des dernières années, l'Espagne s'est imposée dans le monde comme une nation qui compte sur le plan sportif, et cela rejaillit forcément positivement sur le moral de la société espagnole. Au delà des simples résultats, il faut voir dans cette lignée de succès ibériques, un certain état d'esprit, celui de l'effort et de la réussite qui pourra perdurer tant que les succès ne seront pas entachés par des scandales de dopage. Maintenant, reste à savoir si les sportifs Espagnols continueront à surfer sur la vague du succès lors des Jeux Olympiques de Pékin, réponse dans quelques jours…

Tags:  ,  ,  ,  

samedi 19 juillet 2008

Wikipedia veut s'ouvrir au continent africain et à l'Inde



La Fondation Wikimedia, organisation de laquelle dépend la plus grande encyclopédie collaborative du monde, je nomme Wikipedia, a organisé la semaine dernière ses Etats Généraux dans la Bibliothèque d'Alexandrie en Égypte. Au programme de cette rencontre, on a débattu de questions essentielles et controversées comme la qualité et la véracité du contenu des articles publiés en ligne. La communauté Wikipedia s'est également penchée sur le problème de certains articles qui sont vandalisés et a essayé de voir dans quelle mesure on peut les supprimer ou modérer leurs contenus. Mais au delà même de ces aspects purement techniques et encyclopédiques, s'est posée la question du développement de Wikipedia dans des pays où les contenus publiés sont encore assez faibles. A ce propos, le fondateur de Wikipedia, l'américain Jimmy Wales a déclaré "nous avons en vue des pays comme l'Inde et l'Afrique. A grande échelle, je crois que c'est le grand défi pour rapprocher ces pays de la connaissance" a t-il ajouté en marge de la rencontre. Dans les pays où l'encyclopédie est déjà bien développée, Wales a affirmé que "le travail le plus important consiste à améliorer les articles existants.

Tags:  

jeudi 17 juillet 2008

Lancement de l'Union pour la Méditerranée, quelles perspectives ?



Dimanche 13 juillet dernier, quelques jours après l’ouverture de la Présidence française de l’Union européenne (PFUE), Nicolas Sarkozy a décidé de prendre rendez-vous avec l’Histoire. Née de l’enlisement du processus de Barcelone de 1995 qui avait pour ambition l’aide au développement des pays du pourtour méditerranéen, l’idée d’Union pour la Méditerranée (UPM) circulait dans les sphères intellectuelles depuis 2005. Au cours de la campagne présidentielle française de 2007, le candidat UMP Nicolas Sarkozy a fait cette idée sienne en l’intégrant à son projet présidentiel. Un an après son arrivée au pouvoir, l’UPM est bien née.

Lire la suite...


Tags:  ,  ,  ,  

mardi 15 juillet 2008

Visa PIN, la carte bancaire qui va révolutionner le e-commerce



Vous êtes-il déjà arrivé de perdre ou de vous faire voler votre carte de crédit, en craignant ensuite que quelqu’un s’en serve pour faire son shopping sur Internet ? Pour vous éviter ce genre de sueurs froides, la société internationale de cartes de crédit Visa, a trouvé la solution. C’est en effet une première mondiale, Visa a conçu en partenariat avec la firme australienne de système d’authentification Emue, une carte bancaire dotée d’un générateur de code intégré, qui pourrait bientôt révolutionner le monde des achats en ligne.

Un système ultra-sécurisé

Baptisée Visa PIN, cette carte de crédit nouvelle génération ne se distingue pas de toute autre carte de paiement à première vue. Mais lorsqu’on la retourne, on découvre un écran alphanumérique qui permet de fournir à l’usager un code unique pour chaque transaction. Ainsi lorsque le consommateur souhaite réaliser un achat ou accéder à un service bancaire en ligne, le système lui demandera qu’il compose son code secret. Si le code est correct, l’écran alphanumérique de sa carte Visa PIN affichera un code à 8 chiffres, à usage unique, qui permettra de valider la transaction sécurisée.

Longue autonomie

Côté autonomie, Emue Technologies a annoncé que la pile qui alimente la Visa PIN a une durée de vie de minimum trois ans. Par conséquent, si on considère qu’en France, une carte de paiement est renouvelée tous les deux ans, cela ne posera pas de problème, même pour les plus gros cyber-acheteurs. Pour l’instant, il s’agit seulement d’un projet pilote de e-paiement qui a été développé exclusivement par la société Emue, et aucune date de lancement n'a pour pour le moment été communiquée. Néanmoins, il est fort à parier qu’avec l’essor croissant du commerce électronique dans le monde, la commercialisation de cette nouvelle Visa PIN ne devrait pas tarder, et même se généraliser pour le plus grand nombre de pays.

Tags:  

jeudi 10 juillet 2008

L'Italie réouvre le débat sur l'euthanasie



Un tribunal italien a permis pour la première fois qu’un homme déconnecte la sonde nasogastrique qui maintenait en vie sa fille plongée dans le coma depuis maintenant 16 ans. Le Vatican a condamné cette décision en affirmant qu’il s’agissait d’un acte d’euthanasie. Depuis un terrible accident de voiture qui s’est produit en 1992, Eluana Englaro se trouve dans un état végétatif et reçoit de l’eau et de la nourriture de façon artificielle dans un hôpital de Lecco, situé au nord de l’Italie, et cela faisait maintenant près de 10 ans que son père Beppino, demandait à suspendre son maintien en vie artificiel. Finalement, un juge d’un tribunal de Milan a dit qu’il a été démontré que le coma de la jeune femme de 37 ans est irréversible, et qu’avant l’accident, la jeune femme avait toujours manifesté son souhait de mourir plutôt que de faire l’objet d’un acharnement thérapeutique. Dans une entrevue publiée sur le site Internet de l’hebdomadaire italien La Repubblica, Beppino Englaro a déclaré qu’il souhaitait simplement qu’ « ils la laissent mourir et que la nature continue son cours. »

Vers une législation européenne ?

En Italie, l’euthanasie est illégale et se trouve de plus confrontée à la ferme opposition du Vatican. A ce propos, Radio Vatican a qualifié cette décision de justice de « Grave verdict » sur son site Internet. « Aucun tribunal n’a jamais autorisé ce type de demande dans le passé » pouvait-on lire quelques lignes plus bas. Cet incident relance le débat sur l’euthanasie au sein de l’Union européenne entre les pays où elle est légale et ceux où elle ne l’est pas. En ce sens, on peut s’interroger sur la pertinence que pourrait avoir une législation européenne commune en la matière. Et quand on regarde du côté des sanctions, on s'aperçoit qu'elles sont lourdes chez nos voisins transalpins ; en Italie la pratique de l'euthanasie active est passible d'une peine d'emprisonnement pouvant aller de 5 à 16 ans.

Tags:  ,  ,  

mardi 8 juillet 2008

A Varsovie, le ton monte sur le bouclier antimissiles américain



A Varsovie, le ton monte entre le Président Lech Kaczynski et le Premier ministre Donald Tusk. Le premier est sceptique sur le Traité de Lisbonne et favorable au bouclier anti-missiles américain, alors que le second, titulaire du pouvoir exécutif, affiche des positions contraires. Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a exigé ce vendredi de la part des américains de nouvelles garanties en matière de sécurité, dans le cadre de leur projet d’installation de bouclier anti-missiles qu’ils veulent installer en Pologne et en République Tchèque. "Nous n’avons pas l’intention d’accélérer ni de freiner les négociations, nous sommes disposés à coopérer mais nous attendons une réponse de la part des américains" a déclaré Donald Tusk au cours d’une conférence de presse. "Nous pouvons donner notre accord à tout moment, demain, dans une semaine, dans un mois, à condition d’obtenir des garanties réelles pour notre sécurité." Ces déclarations ont eu lieu au lendemain d’un entretien téléphonique de Donald Tusk avec le vice-Président américain, Dick Cheney, et au terrme d’annonces contradictoires sur l’état d’avancement des négociations, suite à la dernière vague de négociations qui s’est déroulée en début de semaine à Washington. A l’horizon 2011-2013, les Etats-Unis ont pour projet d’installer des éléments de boucliers anti-missiles dans ces deux pays européens, pour protéger leur territoire contre d’éventuelles attaques de pays comme l’Iran. On parle de dix missiles intercepteurs qui pourraient être logés près de Slupsk (nord de la Pologne) mais également d’une station radar qui verrait le jour en République Tchèque. De son côté, la République Tchèque a déjà signé un accord avec les Etats-Unis en avril dernier, lors du dernier sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Bucarest.

Tags:  ,  ,  

mercredi 2 juillet 2008

Aux Etats-Unis, les cafés Starbucks virent au noir



C'est à un café au goût amer auquel ont eu le droit 12.000 employés américains de chez Starbucks, lorsqu'ils ont appris en fin de semaine dernière que la chaîne de cafés de Seattle avait décidé de réduire ses implantations. En effet, ce sont pas moins de 600 magasins sur un total de 11.000 à l'échelle américaine, qui vont devoir mettre la clef sous la porte. Il faut dire que depuis 2004, le géant du café avait doublé sa taille outre-Atlantique mais aussi que 70% des locaux qui vont fermer d'ici quelques semaines, ont été ouverts au cours des trois dernières années.

Au premier trimestre 2008, Starbucks a annoncé une chute de 28% de ses bénéfices aux Etats-Unis, signe que les consommateurs américains ne sont pas insensibles à la flambée des prix du pétrole ou celle des aliments. Malgré ses résultats mitigés aux Etats-Unis, le leader mondial de la distribution et de torréfaction de café, prévoit d'élargir son développement sur le continent européen - qui a commencé en 2001 en Suisse à Zurich- avec l'ouverture prochaine de salons de café en Belgique. La question qui se pose dans ce mini-fiasco, est de savoir si le développement a été mal contrôlé ou si les produits vendus par l'enseigne sont trop chers par rapport à la concurrence dans la conjoncture actuelle ?

Bien qu'ils poussent comme des champignons dans les grandes capitales telles Paris ou Londres, les salons de café Starbucks ne sont pas victimes de leur surnombre, mais plutôt des prix qu'ils affichent. En effet, en vous rendant dans un Starbucks parisien, vous constaterez que votre café vous coûtera entre 4 et 6 euros selon la taille du gobelet, à quoi il faut ajouter 2 à 3 euros pour s'offrir une pâtisserie. Alors certes, les tarifs affichés par le cafetier américain ne sont pas attractifs pour tous, mais comme en France Starbucks n'a pas réellement de concurrence sur ce secteur, il n'est pas prêt de boire la tasse.

Tags:  ,  

dimanche 29 juin 2008

La reine d'Angleterre Elisabeth II s'est offert un Mc'Do !



Elizabeth II du Royaume-Uni, 82 ans dont 56 de règne, serait-elle plus friande de Big Mac ou de McNuggets ? Qu’importe sa préférence, le tabloïd britannique The Sun, qui est par ailleurs le quotidien anglais le plus vendu au monde, a révélé cette semaine que la monarque britannique avait succombé à un caprice royal en s’offrant un restaurant McDonald's ! La Reine d’Angleterre a du débourser le « petit pactole » de 116 millions d’euros pour s’offrir ce fast food, situé dans la commune de Slough, non loin du château de Windsor. Dans un communiqué de presse transmis à The Sun, un responsable de McDonald's a déclaré : « Nous sommes ravis qu’elle nous ait préféré à Burker King », principal concurrent de la chaîne américaine de fast food. C’est bien dommage pourtant, car si The Queen avait donné sa préférence à la concurrence, Elizabeth II aurait ainsi pu acquérir le titre de Burger Queen ! Last but not least, avec cette acquisition surprise le seul problème de sa Majesté, serait que sa Rolls Royce soit un peu trop large pour passer commande au McDrive, sacrés anglais !

Tags:  

mercredi 25 juin 2008

L'Europe succombe à la Obamamania


Traditionnellement, les européens affichent plutôt leur sympathie pour le camp démocrate, mais pour la prochaine élection présidentielle américaine, il faut dire que le taux de popularité que recueille Barack Obama dans des pays comme l’Italie, la France ou l’Allemagne est sans précèdent pour un candidat démocrate. Toutefois, il convient de nuancer cet optimisme que témoignent les citoyens européens au sénateur de l’Illinois, car les hommes politiques des Etats cités ne partagent pas autant l’enthousiasme de leurs compatriotes. Selon un sondage mené par The Daily Telegraph réalisé au Royaume-Uni, en France, en Italie, en Allemagne et en Russie, 52% des sondés croient en la victoire du premier candidat noir à l’élection présidentielle américaine, et ils sont seulement 15% à penser que John McCain, ancien vétéran du Vietnam, sera le prochain locataire de la Maison Blanche.

Si on va dans le détail, on s’aperçoit que c’est en Italie que Barack Obama recueille le plus grand nombre de soutiens (70% de la population), même si le Président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, connu pour ses sensibilités pro-républicaines, souhaite la victoire de John McCain plus âgé de quelques mois que lui, pour « ne pas être le plus vieux sur la scène politique internationale » a t-il déclaré sur un ton plaisantin. En France, pays européen le plus anti-américain de la liste, 65% des citoyens glisseraient le bulletin de vote Obama, mieux encore les Allemands plébiscitent Obama à 67% et donnent seulement 6% de confiance à McCain.

Outre-Rhin, les rumeurs annoncent même une visite imminente de Barack Obama à Berlin, pour prononcer son « Ich bin ein Berliner » sur les traces de John Kennedy, et ainsi profiter de cette occasion pour témoigner sa ferme intention de mettre un terme au bourbier irakien. En Grande-Bretagne, Obama récolte 49% de soutiens contre 14% à son rival. Enfin du côté de la Russie, le candidat démocrate doit se satisfaire de 24% d’opinions positives contre 7% au candidat républicain.

Tags:  ,  

Pages << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 >>