Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

jeudi 10 juillet 2008

L'Italie réouvre le débat sur l'euthanasie



Un tribunal italien a permis pour la première fois qu’un homme déconnecte la sonde nasogastrique qui maintenait en vie sa fille plongée dans le coma depuis maintenant 16 ans. Le Vatican a condamné cette décision en affirmant qu’il s’agissait d’un acte d’euthanasie. Depuis un terrible accident de voiture qui s’est produit en 1992, Eluana Englaro se trouve dans un état végétatif et reçoit de l’eau et de la nourriture de façon artificielle dans un hôpital de Lecco, situé au nord de l’Italie, et cela faisait maintenant près de 10 ans que son père Beppino, demandait à suspendre son maintien en vie artificiel. Finalement, un juge d’un tribunal de Milan a dit qu’il a été démontré que le coma de la jeune femme de 37 ans est irréversible, et qu’avant l’accident, la jeune femme avait toujours manifesté son souhait de mourir plutôt que de faire l’objet d’un acharnement thérapeutique. Dans une entrevue publiée sur le site Internet de l’hebdomadaire italien La Repubblica, Beppino Englaro a déclaré qu’il souhaitait simplement qu’ « ils la laissent mourir et que la nature continue son cours. »

Vers une législation européenne ?

En Italie, l’euthanasie est illégale et se trouve de plus confrontée à la ferme opposition du Vatican. A ce propos, Radio Vatican a qualifié cette décision de justice de « Grave verdict » sur son site Internet. « Aucun tribunal n’a jamais autorisé ce type de demande dans le passé » pouvait-on lire quelques lignes plus bas. Cet incident relance le débat sur l’euthanasie au sein de l’Union européenne entre les pays où elle est légale et ceux où elle ne l’est pas. En ce sens, on peut s’interroger sur la pertinence que pourrait avoir une législation européenne commune en la matière. Et quand on regarde du côté des sanctions, on s'aperçoit qu'elles sont lourdes chez nos voisins transalpins ; en Italie la pratique de l'euthanasie active est passible d'une peine d'emprisonnement pouvant aller de 5 à 16 ans.

Tags:  ,  ,  

mardi 8 juillet 2008

A Varsovie, le ton monte sur le bouclier antimissiles américain



A Varsovie, le ton monte entre le Président Lech Kaczynski et le Premier ministre Donald Tusk. Le premier est sceptique sur le Traité de Lisbonne et favorable au bouclier anti-missiles américain, alors que le second, titulaire du pouvoir exécutif, affiche des positions contraires. Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a exigé ce vendredi de la part des américains de nouvelles garanties en matière de sécurité, dans le cadre de leur projet d’installation de bouclier anti-missiles qu’ils veulent installer en Pologne et en République Tchèque. "Nous n’avons pas l’intention d’accélérer ni de freiner les négociations, nous sommes disposés à coopérer mais nous attendons une réponse de la part des américains" a déclaré Donald Tusk au cours d’une conférence de presse. "Nous pouvons donner notre accord à tout moment, demain, dans une semaine, dans un mois, à condition d’obtenir des garanties réelles pour notre sécurité." Ces déclarations ont eu lieu au lendemain d’un entretien téléphonique de Donald Tusk avec le vice-Président américain, Dick Cheney, et au terrme d’annonces contradictoires sur l’état d’avancement des négociations, suite à la dernière vague de négociations qui s’est déroulée en début de semaine à Washington. A l’horizon 2011-2013, les Etats-Unis ont pour projet d’installer des éléments de boucliers anti-missiles dans ces deux pays européens, pour protéger leur territoire contre d’éventuelles attaques de pays comme l’Iran. On parle de dix missiles intercepteurs qui pourraient être logés près de Slupsk (nord de la Pologne) mais également d’une station radar qui verrait le jour en République Tchèque. De son côté, la République Tchèque a déjà signé un accord avec les Etats-Unis en avril dernier, lors du dernier sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Bucarest.

Tags:  ,  ,  

mercredi 2 juillet 2008

Aux Etats-Unis, les cafés Starbucks virent au noir



C'est à un café au goût amer auquel ont eu le droit 12.000 employés américains de chez Starbucks, lorsqu'ils ont appris en fin de semaine dernière que la chaîne de cafés de Seattle avait décidé de réduire ses implantations. En effet, ce sont pas moins de 600 magasins sur un total de 11.000 à l'échelle américaine, qui vont devoir mettre la clef sous la porte. Il faut dire que depuis 2004, le géant du café avait doublé sa taille outre-Atlantique mais aussi que 70% des locaux qui vont fermer d'ici quelques semaines, ont été ouverts au cours des trois dernières années.

Au premier trimestre 2008, Starbucks a annoncé une chute de 28% de ses bénéfices aux Etats-Unis, signe que les consommateurs américains ne sont pas insensibles à la flambée des prix du pétrole ou celle des aliments. Malgré ses résultats mitigés aux Etats-Unis, le leader mondial de la distribution et de torréfaction de café, prévoit d'élargir son développement sur le continent européen - qui a commencé en 2001 en Suisse à Zurich- avec l'ouverture prochaine de salons de café en Belgique. La question qui se pose dans ce mini-fiasco, est de savoir si le développement a été mal contrôlé ou si les produits vendus par l'enseigne sont trop chers par rapport à la concurrence dans la conjoncture actuelle ?

Bien qu'ils poussent comme des champignons dans les grandes capitales telles Paris ou Londres, les salons de café Starbucks ne sont pas victimes de leur surnombre, mais plutôt des prix qu'ils affichent. En effet, en vous rendant dans un Starbucks parisien, vous constaterez que votre café vous coûtera entre 4 et 6 euros selon la taille du gobelet, à quoi il faut ajouter 2 à 3 euros pour s'offrir une pâtisserie. Alors certes, les tarifs affichés par le cafetier américain ne sont pas attractifs pour tous, mais comme en France Starbucks n'a pas réellement de concurrence sur ce secteur, il n'est pas prêt de boire la tasse.

Tags:  ,  

dimanche 29 juin 2008

La reine d'Angleterre Elisabeth II s'est offert un Mc'Do !



Elizabeth II du Royaume-Uni, 82 ans dont 56 de règne, serait-elle plus friande de Big Mac ou de McNuggets ? Qu’importe sa préférence, le tabloïd britannique The Sun, qui est par ailleurs le quotidien anglais le plus vendu au monde, a révélé cette semaine que la monarque britannique avait succombé à un caprice royal en s’offrant un restaurant McDonald's ! La Reine d’Angleterre a du débourser le « petit pactole » de 116 millions d’euros pour s’offrir ce fast food, situé dans la commune de Slough, non loin du château de Windsor. Dans un communiqué de presse transmis à The Sun, un responsable de McDonald's a déclaré : « Nous sommes ravis qu’elle nous ait préféré à Burker King », principal concurrent de la chaîne américaine de fast food. C’est bien dommage pourtant, car si The Queen avait donné sa préférence à la concurrence, Elizabeth II aurait ainsi pu acquérir le titre de Burger Queen ! Last but not least, avec cette acquisition surprise le seul problème de sa Majesté, serait que sa Rolls Royce soit un peu trop large pour passer commande au McDrive, sacrés anglais !

Tags:  

mercredi 25 juin 2008

L'Europe succombe à la Obamamania


Traditionnellement, les européens affichent plutôt leur sympathie pour le camp démocrate, mais pour la prochaine élection présidentielle américaine, il faut dire que le taux de popularité que recueille Barack Obama dans des pays comme l’Italie, la France ou l’Allemagne est sans précèdent pour un candidat démocrate. Toutefois, il convient de nuancer cet optimisme que témoignent les citoyens européens au sénateur de l’Illinois, car les hommes politiques des Etats cités ne partagent pas autant l’enthousiasme de leurs compatriotes. Selon un sondage mené par The Daily Telegraph réalisé au Royaume-Uni, en France, en Italie, en Allemagne et en Russie, 52% des sondés croient en la victoire du premier candidat noir à l’élection présidentielle américaine, et ils sont seulement 15% à penser que John McCain, ancien vétéran du Vietnam, sera le prochain locataire de la Maison Blanche.

Si on va dans le détail, on s’aperçoit que c’est en Italie que Barack Obama recueille le plus grand nombre de soutiens (70% de la population), même si le Président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, connu pour ses sensibilités pro-républicaines, souhaite la victoire de John McCain plus âgé de quelques mois que lui, pour « ne pas être le plus vieux sur la scène politique internationale » a t-il déclaré sur un ton plaisantin. En France, pays européen le plus anti-américain de la liste, 65% des citoyens glisseraient le bulletin de vote Obama, mieux encore les Allemands plébiscitent Obama à 67% et donnent seulement 6% de confiance à McCain.

Outre-Rhin, les rumeurs annoncent même une visite imminente de Barack Obama à Berlin, pour prononcer son « Ich bin ein Berliner » sur les traces de John Kennedy, et ainsi profiter de cette occasion pour témoigner sa ferme intention de mettre un terme au bourbier irakien. En Grande-Bretagne, Obama récolte 49% de soutiens contre 14% à son rival. Enfin du côté de la Russie, le candidat démocrate doit se satisfaire de 24% d’opinions positives contre 7% au candidat républicain.

Tags:  ,  

dimanche 15 juin 2008

Premier coup d'arrêt pour le Traité de Lisbonne


A l’approche de la présidence française de l’Union européenne qui va s’ouvrir dans deux semaines, le processus de ratification du Traité de Lisbonne a subi son premier coup d’arrêt. En effet, l’Irlande, 19ème Etat sur 27 à se prononcer sur l’adoption de ce nouveau Traité a mis un terme à la suite de dominos gagnants, en rejetant à 53,4% le texte qui doit sortir l’Union européenne de l’impasse institutionnelle dans laquelle elle se trouve actuellement.

Interrogé ce samedi sur ce résultat négatif, Nicolas Sarkozy, qui tiendra les rênes de l’Union européenne (UE) jusqu’à la fin de l’année 2008, a estimé que « le non irlandais c’est une réalité politique ». Bien que ce refus irlandais était redouté dans les sphères européennes, la France et l’Allemagne, artisans majeurs de ce nouveau texte constitutionnel, ne semblent pas avoir de solution de rechange ou encore de « plan B » comme on l’évoquait encore à l’époque du Traité établissant une Constitution pour l’Europe en 2005.

Au delà même du résultat, on est amenés à se demander qui la faute alors ? Principalement à une communication désastreuse de l’Union européenne qui entraîne un désamour avec les citoyens et donc leur refus. En effet, il y’a un déficit de pédagogie majeur de la part de l’Europe dans ces consultations populaires. Certaines classes de population estiment que ce « mastodonte » qu’est l’UE ne se sent pas suffisamment préoccupé par leur vie quotidienne et qu’ils n’ont rien ou que très peu de choses à y gagner. L’Irlande, petit pays de 5.900.000 habitants n’a donc pas cédé à ce que certains commentateurs ont appelé un « chantage » de l’Union européenne, qui consistait à leur faire dire OUI coûte que coûte à ce nouveau projet.

Dans ces conditions, quelle issue faut-il apporter à cette crise instantanée, faut-il redouter un « effet contagion » dans les pays qui seront amenés à se prononcer tout prochainement ? On se souvient déjà qu’en 2001, les Irlandais avaient été appelés à se rendre aux urnes pour approuver le Traité de Nice, et qu’il a fallut organiser plusieurs amendements de ce dernier pour qu’ils l’approuvent finalement un an plus tard. Autant de questions qui seront très probablement débattues lors du prochain Conseil européen des 19 et 20 juin prochains. Sans cela l’Union européenne serait contrainte de suivre sa lancée sur les bases du désormais vieillissant Traité de Nice de 2001.

Tags:  

dimanche 8 juin 2008

PPDA limogé, le paquebot TF1 va prendre un nouveau cap



Patrick Poivre d'Arvor et TF1, voilà un tandem qui paraissait éternel aux yeux du public, tant les deux parties étaient devenus complémentaires, indissociables. Pourtant contre toute attente préalable, cette collaboration longue de 21 années va prendre fin d’ici quelques semaines. Quand on l’interrogeait sur la date à laquelle il quitterait le fauteuil du 20 heures, Patrick Poivre d'Arvor répondait inlassablement qu’il le ferait savoir aux téléspectateurs au moment venu mais qu’il s’était déjà fixé cette date. Hélas pour lui, le pape du journal télévisé français ne pensait pas partir si vite et a été rattrapé par le temps, l’âge et peut-être l’usure. En effet, depuis l’arrivée de Nonce Paolini à la direction de TF1 en 2007, en remplacement de Patrick le Lay, le climat s’est quelque peu détérioré entre le présentateur vedette et son équipe de direction. Au début de l’année 2008, un ouvrage intitulé Madame, Monsieur, Bonsoir... : Les dessous du premier JT de France est venu mettre en lumière les coulisses parfois houleuses de la grande messe du 20 heures la plus regardée d’Europe. Entre temps à l’Elysée, Nicolas Sarkozy aurait signifié son agacement que les chaînes de télé fassent appel à des journalistes peu incisifs et un peu trop politiquement correct pour réaliser les interviews élyséennes. Dans ces propos, PPDA qu’il ne porte pas d’ailleurs dans son cœur, était directement dans sa ligne de mire. Bien que l’Elysée ait démenti toute intervention du Président de la République dans le limogeage de PPDA, on connaît néanmoins les liens indéfectibles qui existent entre Nicolas Sarkozy et le groupe Bouygues et qui ont par conséquent favorisé cette éviction annoncée.

Vers un syndrome PPDA ?

Le départ imminent de PPDA marque la fin d’une époque à TF1, car disons le franchement le journaliste faisait « partie des meubles » sur cette chaîne et c’est à se demander si ses collègues Jean-Pierre Pernault ou Claire Chazal ne seront pas tôt ou tard invités à suivre la sortie. En effet, face à la concurrence que lui imposent par exemple les chaînes d’info en continu de la TNT comme I-Télé ou BFM où les présentateurs sont jeunes, beaux et dynamiques, TF1 fait figure de has been en matière d’information. Pour négocier ce nouveau virage, TF1 a fait appel à une ancienne de la maison, je nomme Laurence Ferrari, partie sur Canal+ il y’a deux ans après avoir congédié entre autres à cause d’une interview de Nicolas Sarkozy jugée trop impertinente. Un style d’interview qui n’a pas du tout déplu à l’intéressé lui-même et qui n’a d’ailleurs pas manqué de souligner toute l’admiration qu’il portait à la jeune journaliste, à tel point qu’en janvier 2008 lorsqu’ils venaient tous deux de divorcer, la presse française leur avait même prêté une romance ! Quoi qu’il en soit, Laurence Ferrari saura sûrement donner un ton plus enthousiaste et jeune au journal du soir. Dans le chapitre des journaux télévisés, il paraît que le jeu des chaises musicales n’est pas encore terminé pour cette année et il faut s’en réjouir car le PAF est souvent bien trop figé dans le temps côté animateurs et présentateurs. Quant à PPDA, recordman mondial de la longévité en JT et passionné de voile, il saura en très grand professionnel donner un nouveau cap à sa carrière.

Tags:  ,  ,  ,  

lundi 2 juin 2008

Bill Clinton, cet éternel séducteur



Alors qu'Hillary est en train d'en découdre avec Barack Obama pour la Maison Blanche, son mari Bill la soutient dans les meetings en journée et s'occupe comme il peut en soirée en fréquentant les fêtes mondaines. Bien connu pour ses talents de séducteur né, au delà même de l'affaire Monica Lewinsky qui a éclaté au grand jour il y'a 10 ans, l'ancien Président américain a été récemment soupçonné d'une nouvelle liaison extraconjugale. En effet, dans son dernier numéro le très glamour magazine américain Vanity Fair lui a prêté une aventure avec l'actrice américaine Gina Gershon que l'on a vu à l'affiche de "Ugly Betty" dans le rôle Fabia en 2007, et plus récemment dans "P.S. I Love You" dans la peau de Sharon. L'auteur de cette rumeur n'est autre que le journaliste Todd Purdum, actuel mari de Dee Dee Myers herself, ancienne secrétaire de presse de Bill Clinton ! Informé de ce nouveau potin le concernant, Bill a bien sur sans grande surprise nié en bloc en affirmant que Purdum n'était qu'une "fripouille" et un "vicieux". Vengeance ou pas, après Bill et Monica voici voilà Bill et Gina, la presse people va s'en donner à coeur joie !

Tags:  ,  

vendredi 30 mai 2008

Démocratie et Transparence sont-elle encore compatibles ?



Mercredi 21 mai 2008, le Mouvement Européen France (ME-F) organisait au Sénat un petit-déjeuner conférence sur le thème "Démocratie ? Transparence ? Quelle procédure pour choisir les futurs responsables européens ?" A cette occasion et pour répondre aux interrogations des journalistes, diplomates et sympathisants du Mouvement Européen France conviés à cet évènement, Sylvie Goulard, présidente du ME-F, a souhaité donner la parole à un européen convaincu en la personne de Valéry Giscard d’Estaing.

Lire la suite...


Tags:  ,  

vendredi 2 mai 2008

Voyage au cœur du plateau de télévision mobile de CNN


L’élection présidentielle américaine de novembre prochain approche à grands pas, en effet John McCain est déjà assuré de défendre les couleurs du camp républicain alors que de leur côté Hillary Clinton et son rival Barack Obama, sont en train d’en découdre pour arracher le ticket pour l’investiture démocrate. Dans ce duel très serré, les supers délégués américains auront le dernier mot ; un duel néanmoins arbitré par les médias d’Outre-Atlantique qui mettent toujours plus de moyens pour être au plus près des évènements. Parmi toutes les chaînes de TV, il y’en a une qui a mis les petits plats dans les grands dans cette campagne, c’est CNN (Cable News Network) en se dotant d’une arme de reportage de dernière génération qu’elle a baptisé « CNN Election Express ». A première vue, il s’agit d’un bus comme un autre, recouvert d’autocollants à l’effigie de la chaîne d’information en continu. Mais dès qu’on pénètre la portière coulissante, le décor est saisissant : tout autour de l’appareil long de près de 25 mètres, on aperçoit des instruments de bord à perte de vue dignes de la Guerre des Etoiles : pas moins de 42 écrans plasma, 10 moniteurs LCD, 4 caméras de télévision Haute Définition, en somme un véritable studio de télévision sur roues !

Un studio TV lancé à 120 km/h

Josh Rubin, le directeur des opérations a fier allure lorsqu’il nous présente son vaisseau mobile qui sillonne les routes américaines 12 heures par jour depuis maintenant 10 mois. Chaque jour dimanche compris, c’est une équipe de 20 personnes qui s’affaire dans un bus studio ambulant capable d’atteindre les 120 km/h et de retransmettre les images filmées à bord vers tous les postes de télévision du monde en mesure de recevoir CNN, renversant ! A l’intérieur, tout est organisé pour que les journalistes et leurs invités se sentent comme à la télévision : larges fauteuils en cuir, spots lumineux pour éclairer les plateaux mobiles, cuisine, machines à café, douche, tout a été pensé pour apporter un confort maximal. Dale Fountain, le « captain » du CNN, qui considère ce bus comme son « bébé », connaît mieux que quiconque les routes américaines. A chaque jour, une nouvelle destination et à chaque jour une nouvelle occasion d’aller recueillir les impressions des acteurs politiques locaux et de leurs représentés. D’ailleurs à CNN, on dit qu’avec le CNN Election Express « There is no better way to see America ! » Lancé comme prototype durant la campagne présidentielle 2004 qui s’est jouée entre George W.Bush et son rival démocrate John Kerry, le CNN Election Express permet à la chaîne d’avoir un bureau mobile à l’endroit où se passe l’événement du moment, avec autant de capacités techniques que dans tous ses bureaux, pour être au plus près de l’action et de l’opinion publique. En France, ce n’est pas demain qu’on verra un France 24 Election Express, avec à son bord Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal qui sillonneraient les routes du Loir et Cher ou des Pyrénées !

Tags:  ,  ,  ,  

samedi 12 avril 2008

Eurovision 2008 - vers un nouveau fiasco français ?


Il s'appelle Sébastien, est barbu, a les cheveux longs et une corpulence de rugbyman, qui suis-je ? Vous pensiez à Sébastien Chabal ? Et bien non, c'était bien tenté mais c'est raté ! Son nom à lui c'est Sébastien Tellier, futur représentant français de la 53ème édition du concours de la chanson Eurovision, qui se tiendra à Belgrade le 20 mai prochain. Auteur, compositeur et interprète dans un genre électro-pop, Sébastien Tellier a sorti le premier de ses huits albums album en 2001, et a fait les premières du groupe Air pour se faire connaitre du pubic, il ne s'agit donc pas d'un débutant chanteur ou du dernier lauréat de la Nouvelle Star. Taillé dans un style plutôt ringard et décalé, ce trentenaire originaire de Paris, espère pourtant séduire nombreux de nos voisins européens avec son titre intitulé "Divine".

Chabal de la Pop

Dans une interview qu'il a accordé ce mois-ci au Parisien, le "Chabal de la Pop" comme on l'appelle déjà au sein de son fan club, a déclaré que "France 3 a compris que pour se faire remarquer à l'Eurovision, il faut afficher un look et un son décalés". Alors certes, il nous propose une prestation plus osée et dynamique que les chanteuses lyriques qui ont représenté la France lors des dernières éditions de l'Eurovision, mais disons-nous franchement que malgré tout, on atteint les sommets de la décadence cette année ! Premièrement, la chanson qu'il interprétera (issue de son troisième album) est écrite en anglais, à l'exception de sept petits mots empruntés à la langue de Molière qu'il répète à deux reprises "Toi et moi c'est comme tu sais, comment mon cœur a succombé". Certes l'anglais demeure toujours et encore la langue la plus exportable dans la musique, mais a t-on besoin de l'anglais en France pour proposer une performance valable ? Deuxièmement, le style de la chanson semble totalement inadapté au profil d'un véritable tube de l'Eurovision. Troisièmement, cette interprétation déplace les limites du ridicule avec un genre très kitch. Néanmoins, quand on voit qu'il y'a tout juste deux ans, le groupe de hard-rock finlandais Lordi triomphait haut la main à Athènes, on se dit que tout n'est peut-être pas perdu pour la France, et que finalement tous les espoirs sont permis !

Tags:  ,  ,  ,  

vendredi 28 mars 2008

Felipe Massa à la masse



La saison 2008 de Formule 1 vient de démarrer il y'a maintenant deux semaines et au terme de deux Grand Prix, Felipe Massa, pilote Ferrari et coéquipier de Kimi Raikkonen actuel champion du monde en titre, a plutôt raté son entrée en jeu cette année : 2 courses, 2 abandons, ZERO pointé au classement du championnat du monde ! Maigre bilan pour un pilote qui il y'a encore quelques semaines annonçait des ambitions de titre mondial et ainsi prendre sa revanche sur son coéquipier "Ice Man", qui malgré un abandon sur casse moteur à Melbourne, s'est imposé la semaine suivante haut la main à Sepang. S'il ne réagit pas rapidement, Massa pourrait vite se retrouver sur un siège éjectable car la concurrence pour son baquet chez la Scuderia ne manque pas. Les jeunes loups : Kubica, Vettel ou Rosberg pour ne citer qu'eux lorgnent déjà sur la monoplace rouge pour la saison 2009 ! Largement surclassé par ses coéquipiers, Schumacher en 2006 et Raikkonen en 2007, Felipe Massa, mérite t-il encore son volant chez les rouges ?

Tags:  

Pages << 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 >>