Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

lundi 20 juillet 2009

Chez Starbucks, vous boirez peut-être bientôt du vin ou de la bière


Implanté aujourd'hui dans 31 pays répartis sur 4 continents, le célèbre cafetier de Seattle serait-il en train d'opérer un virage stratégique ? L'an dernier déjà, la plus grande chaine multinationale de cafés avait été obligé de remercier 12.000 de ses employés, faute de fréquentation. Cette semaine, Starbucks mise sur un nouveau marché et crée la sensation en ouvrant à Seattle, un café pilote qui sert du vin et de la bière. Ce nouveau concept sera exploité sous une marque nouvelle et se distinguera des cafés Starbucks, en proposant à ses clients des concerts musicaux en soirée.

Tags:  ,  

samedi 4 juillet 2009

Obama célèbre son premier Independance Day à la Maison Blanche


Un peu moins de six mois après son entrée triomphale à la Maison Blanche, la lune de miel entre le Président américain Barack Obama et ses concitoyens, n'est pas prête de prendre fin. Et en ce 4 juillet 2009, l'évènement du jour c'est bien entendu la fête nationale américaine, qui ne s'était plus déroulée sous présidence démocrate depuis la fin du second mandat de Bill Clinton en l'an 2000. L'autre évènement du week-end aux Etats-Unis, s'est déroulée cette fois-ci dans le camp adverse à quelques 2.500 kilomètres de Washington, où la Gouverneure d'Alaska a pris son indépendance. Je veux parler ici de Sarah Palin, qui n'est autre que l'ancienne colistière du vétéran John McCain durant la dernière campagne présidentielle américaine, et qui a décidé de démissionner de son poste, pour peut-être déjà préparer 2012. D'ici là, Barack Obama aura encore le temps de fumer tranquillement quelques cigares.

Tags:  ,  

vendredi 26 juin 2009

Overdose médiatique autour de la disparition de Michael Jackson



Qu’elles soient issues du monde politique, artistique ou spirituel, rares sont aujourd’hui les personnalités publiques, dont la disparition puisse susciter un véritable engouement médiatique planétaire. En effet, il faut remonter au décès du Pape Jean Paul II intervenu en avril 2005, pour retrouver un émoi médiatique international aussi important dont le Roi de la Pop a fait l'objet au cours des dernières 24 heures. Oui le monde de la musique est devenu hier orphelin de l'un de ses monstres sacrés auquel il convient de rendre hommage, mais n'est t-on pas allé toutefois un peu trop loin dans le tapage médiatique ? Car à lire les unes enflammées de la presse mondiale ou à écouter les titres dramaturges des journaux télévisés diffusés en boucle aux quatre coins du globe depuis hier, c'est tout juste comme si on nous annonçait la fin du monde pour la fin du mois.

Une vie en rose et noir

Une fois de plus, certains médias se sont laissés aller dans le sensationnel en relatant l'évènement sur un ton quasi fanatique et en se délectant de chaque petite info sortie du chapeau. Artiste de génie, Michael Jackson a sans conteste marqué l'histoire de la musique mondiale mais n'avait plus produit de nouveau disque depuis 2001 et l'album « Invincible » qui avait été lancé avec le tube « You Rock My Word ». Rattrapé par la justice entre temps, il était devenu une personnalité publique dont l'image a été entachée par de nombreux scandales, peut-être à tort d'ailleurs. À l'instar de certains de ses prédécesseurs qui ont connu un destin fantastique et hors du commun, Michael Jackson a connu à son tour une fin de vie plutôt tragique. Isolé dans la souffrance et éloigné de son public, Bambi, comme l'appelaient affectueusement ses fans, imaginait sûrement une autre sortie ; comme peut-être celle de mourir sur scène après une dernière démonstration de moonwalk dans l'enceinte du O2 Arena Stadium de Londres, où il avait prévu de faire ses adieux à son public cet été.

Tags:  ,  ,  ,  

dimanche 19 avril 2009

Pour régler ses dettes de campagne, Hillary Clinton va louer Bill...



Hillary Clinton, actuelle Secrétaire d’État américaine dans l’administration de Barack Obama, n’a semble t-il pas encore réglé tous ses passifs relatifs aux frais de campagne pour l’investiture démocrate à la présidentielle. Et ce n’est un secret pour personne, un marathon électoral ça coûte cher voire même très cher. En effet, selon les documents que le comité de campagne d’Hillary Clinton a récemment remis à la Commission Fédérale Électorale, l’ex-First Lady serait encore redevable de la coquette somme de 2,3 millions de dollars. Alors pour tenter de sauver la mise tant bien que mal, son conseiller politique, James Carville, a eu la bonne et originale idée d’organiser une loterie sur Internet avec à la clé des cadeaux assez inhabituels. En achetant un ticket à 5 dollars, les participants pourront peut-être gagner des billets pour aller assister la finale de l'American Idol qui se tiendra à Los Angeles, un diner à Washington avec James Carville et Paul Begala, stratèges politiques du clan Clinton ; mais encore (et surtout) « avoir l'opportunité unique de passer une journée entière à New York avec l'ancien Président américain Bill Clinton, en profitant avec lui de de diverses attractions » peut-on lire dans le texte rédigé par James Carville. Souhaitons à Hillary Clinton qu'elle vende beaucoup de tickets, en espérant néanmoins qu'une certaine Monica L. ne viendra pas remporter le gros lot.

Tags:  ,  ,  

lundi 9 mars 2009

Paris et Copenhague sont devenues plus chères que Londres !



Ces dernières années, dans la catégorie des villes européennes hors de prix pour y vivre, Londres occupait sans conteste la première position. Mais en ce début d'année 2009, un sérieux basculement semble s'opérer avec la crise économique mondiale. Selon une étude publiée par l'hebdomadaire économique britannique The Economist, qui prend en compte le rapport entre les salaires et le coût de la vie, on apprend que Londres était l'an dernier seulement la 8ème ville la plus chère au monde. Il faut dire que la récente dévaluation de la Livre Sterling et l'injection massive de liquidités dans l'économie britannique, ne sont pas étrangères à ce soudain revirement de situation. Du côté des bureaux de change, cette situation est encore plus frappante. Et pour cause, à l'été 2008, la Livre Sterling valait presque deux dollars, aujourd'hui neuf mois plus tard ce n'est pas plus d'un dollar et quarante cents que vous obtiendrez pour la même somme.

Très chère Europe

Signalons aussi, que selon les derniers chiffres 2009 publiés il y a quelques jours par The Economist Intelligence Unit, le quinté des villes les plus chères du monde est le suivant : Tokyo, Osaka, Paris, Copenhague, Oslo. Par la même occasion, Paris obtient ainsi pour la première fois la palme de la ville la plus chère en Europe. Dans le top 10 des villes les plus chères largement dominé par sept villes européennes, on retrouve trois villes asiatiques mais aucune ville américaine. New York pointe loin derrière à la 36ème place juste derrière Caracas, la capitale du Venezuela dirigée par le très révolutionnaire Hugo Chavez ! A l'autre bout du classement, parmi les villes les moins chères du monde, on retrouve les capitales ou les principales villes du Pakistan (Karachi), de l'Iran (Teheran), de l'Inde (New Delhi) mais aussi pas très loin celles du Pérou (Quito) et de la Syrie (Damas). Cette étude du coût de la vie a été effectuée en septembre 2008 dans 140 villes à travers le monde. Dans chaque ville les enquêteurs ont collecté et comparé les fourchettes de prix pour plus de 160 articles et services, du prix du pain au cout de la location d'une voiture de luxe.

Tags:  ,  ,  ,  

lundi 5 janvier 2009

George Bush père rêve d'un nouveau job ... pour son fils Jeb


Alors que le président élu Barack Obama n’a pas encoré posé ses valises à la Maison Blanche, dans le camp adverse où les leçons de la débâcle de John McCain viennent tout juste d’être tirées, les spéculations vont déjà bon train sur l’identité des potentiels leaders pour l’élection présidentielle présidentielle de 2012. D’un côté, on annonce Sarah Palin, Gouverneure d'Alaska, comme possible héritière du camp républicain, et de l’autre on entend George Bush père, manifester son souhait de voir perdurer une dynastie Bush à la Maison Blanche.

Impérialisme bushien

En effet, dans une entrevue télévisée qu’il a accordé dimanche soir à Fox News, le père du président sortant, a confié qu’il aimerait voir son fils Jeb, ancien Gouverneur de Californie, « se lancer dans la campagne pour devenir président un jour ». Alors que le proverbe dit jamais deux sans trois, risque t-on vraiment de voir se développer une véritable dynastie Bush aux Etats-Unis ? La réponse tient en trois lettres. Non, car l’image que va laisser George Bush en passant la main à Barack Obama dans deux semaines, fait croire à 27% des Américains qu’il est le pire président que les Etats-Unis n’aient jamais connu. Et ensuite non, car après le bilan désastreux de George Bush fils, il y’a véritablement très peu de chances que les Américains donnent leur blanc seing à un autre membre du clan Bush ne serait-ce le temps d'un mandat, sous peine d’assister à une 13ème année d’impérialisme bushien.

Tags:  ,  

mercredi 3 décembre 2008

En confiant la diplomatie à Hillary, Obama (se) fait un beau cadeau



Un mois après son éclatante et historique victoire face au camp républicain de John McCain, le président élu Barack Obama termine de dessiner les contours de sa future administration. Cette « Dream Team » comme on l'appelle outre-Atlantique, qui devra donner raison aux 53% d' Américains qui le 4 novembre dernier, ont porté leurs voix sur celui qui est désormais ancien sénateur de l'Illinois. Pour son casting présidentiel, Obama est allé massivement « recruter » dans le clan Clinton, en commençant par une clintonienne de la première heure : Hillary herself, meilleure amie de Bill et meilleure ennemie de Barack himself. Et il faut bien dire qu'après sa déroute dans la course à l'investiture et toutes les paroles amères jetées envers son ancien rival, désormais « Boss » comme il se qualifie lui-même en privé, Hillary Clinton a reçu un beau lot de consolation, en se voyant confier la charge de Secrétaire d'Etat, pour succéder à la charismatique Condie Rice. A défaut d'être devenue la première femme présidente des Etats-Unis d'Amérique, Hillary Clinton devient tout de même avec cette nomination, la première ex-First Lady à occuper un poste à hautes responsabilités dans une administration d'Etat américaine. Néanmoins, la tâche s'annonce musclée pour elle, car sans vouloir entrer dans le détail, l'héritage diplomatique que laissera George W.Bush à Barack Obama le 20 janvier prochain, ne sera pas des plus faciles à porter...

Difficile transition

Comment sortir du bourbier irakien, dialoguer ou non avec l'Iran, quelles relations entretenir avec la Chine, la Russie et Israël, comment redorer l'étoile des Etats-Unis dans le monde, voilà les principales problématiques auxquelles sera très rapidement confrontée l'administration démocrate du président Obama. Néanmoins, on peut s'interroger sur la viabilité du couple Obama-Clinton, qui ne ressemble nullement un mariage d'amour. En effet, d'une part les deux démocrates ne sont pas tout à fait sur la même longueur d'onde sur tous les dossiers chauds, et d'autre part on se souvient que durant les primaires démocrates, Hillary Clinton n'était pas moins méprisée dans le camp Obama en étant régulièrement présentée comme le « monstre ». Un surnom qui avait d'ailleurs coûté sa place à Samantha Power, conseillère de campagne du président élu. Ironie du sort, cette même Samantha Power fait aujourd'hui partie, de l'équipe chargée de préparer l'arrivée d'Hillary Clinton aux affaires étrangères.

Neutraliser l'adversaire

En nommant Hillary Clinton à la tête de la diplomatie américaine, Barack Obama offre une belle tribune à l'ex-First Lady, mais il anticipe déjà le futur en parallèle pour essayer de neutraliser toute ambition présidentielle de sa nouvelle associée. Reste maintenant à savoir si Hillary Clinton lui restera loyale tout au long de son mandat, mais également si à l'horizon 2011 lorsqu'elle sera âgée de 64 printemps, elle se sentira encore prête pour de nouveau se lancer dans la course à l'investiture pour la présidence de la première puissance mondiale, qui alors ne le sera peut-être plus. Au final, dans ce jeu de chaises musicales, le vrai gagnant n'est pas forcément celui que l'on croit être. Car comme Hillary laisse son siège de sénatrice de New York vacant, il semblerait selon les derniers échos de la presse américaine, que son séducteur de mari soit en bonne posture pour le récupérer, et plus si affinités.

Tags:  ,  ,  

jeudi 4 septembre 2008

Une vice-présidente venue d'Alaska



John McCain ne serait t-il pas trop âgé pour briguer la Maison Blanche ? En effet, on peut se demander s'il n'est pas un peu tard pour se lancer dans la course à l'élection présidentielle lorsqu'on appartient à la catégorie des septuagénaires, de surcroit lorsqu'on connait le rythme marathonien des meetings de campagnes présidentielles. Qu'importe, cet ancien vétéran du Vietnam n'a peur de rien, et comme un coup de pouce du destin, le 29 août dernier c'est à dire le jour de son 72ème anniversaire, le candidat républicain à la Maison Blanche s'est offert une véritable cure de jouvence. Vous pensiez à un lifting ou à une injection de botox ? Mauvaise pioche ! Il a fait bien mieux, car contre toute attente, il a désigné une jeune femme de 44 ans pour faire la course vers Washington avec lui. Et c'est une surprise de taille, puisque c'est en effet la première fois qu'un tandem à l'élection présidentielle américaine sera mixte. Dans le camp républicain on ne parle plus de colistier mais bien de colistière, qui n'ayons pas peur des mots cache un petit côté glamour, ce qui ne sera pas pour desservir à John McCain.

L'anti-Hillary des républicains

Sur le Curriculum vitae de cette colistière surprise, on peut lire : Sarah Palin, 44 ans, Gouverneure d'Alaska depuis 2006, mariée et mère de cinq enfants et ... lauréate du titre de dauphine de Miss Alaska dans les années disco, excusez du peu... Fervente activiste contre l'avortement, on a appris que sa fille âgée de 17 ans, se trouve actuellement enceinte ! En somme, en désignant une femme quarantenaire, McCain a fait d'une pierre deux coups : d'une part car il parvient à faire oublier un peu son âge avancé, et d'autre part car cela lui offre la possibilité d'aller « draguer » certaines électrices d'Hillary Clinton, déçues de sa non investiture dans le camp démocrate. Suite à la désignation de Sarah Palin du côté républicain, on voit donc que John McCain mise sur la jeunesse et que son rival Barack Obama a préféré tabler sur l'expérience en choisissant Joseph Biden, 65 ans.

Mais si l'on entre un peu plus dans le détail, on constate toutefois que la moyenne d'âge des deux tandems est quasiment la même : 56 ans du côté démocrate, 58 printemps pour le camp républicain. Mais au delà ces considérations purement numériques, on voit tout de même qu'en désignant une femme pour épauler McCain, le camp républicain est venu voler la vedette aux démocrates qui pensaient il y'a encore quelques mois remporter l'élection présidentielle avec une femme en tête d'affiche. A 70 jours du vote, les jeux restent donc désormais plus qu'ouverts. Espérons seulement que durant les débats avec Obama et Biden, lorsque John McCain (Sénateur de l'Arizona) soufflera le chaud, Sarah Palin (Gouverneure d'Alaska) saura souffler le froid...

Tags:  

mardi 8 juillet 2008

A Varsovie, le ton monte sur le bouclier antimissiles américain



A Varsovie, le ton monte entre le Président Lech Kaczynski et le Premier ministre Donald Tusk. Le premier est sceptique sur le Traité de Lisbonne et favorable au bouclier anti-missiles américain, alors que le second, titulaire du pouvoir exécutif, affiche des positions contraires. Le Premier ministre polonais, Donald Tusk, a exigé ce vendredi de la part des américains de nouvelles garanties en matière de sécurité, dans le cadre de leur projet d’installation de bouclier anti-missiles qu’ils veulent installer en Pologne et en République Tchèque. "Nous n’avons pas l’intention d’accélérer ni de freiner les négociations, nous sommes disposés à coopérer mais nous attendons une réponse de la part des américains" a déclaré Donald Tusk au cours d’une conférence de presse. "Nous pouvons donner notre accord à tout moment, demain, dans une semaine, dans un mois, à condition d’obtenir des garanties réelles pour notre sécurité." Ces déclarations ont eu lieu au lendemain d’un entretien téléphonique de Donald Tusk avec le vice-Président américain, Dick Cheney, et au terrme d’annonces contradictoires sur l’état d’avancement des négociations, suite à la dernière vague de négociations qui s’est déroulée en début de semaine à Washington. A l’horizon 2011-2013, les Etats-Unis ont pour projet d’installer des éléments de boucliers anti-missiles dans ces deux pays européens, pour protéger leur territoire contre d’éventuelles attaques de pays comme l’Iran. On parle de dix missiles intercepteurs qui pourraient être logés près de Slupsk (nord de la Pologne) mais également d’une station radar qui verrait le jour en République Tchèque. De son côté, la République Tchèque a déjà signé un accord avec les Etats-Unis en avril dernier, lors du dernier sommet de l’OTAN qui s’est tenu à Bucarest.

Tags:  ,  ,  

mercredi 2 juillet 2008

Aux Etats-Unis, les cafés Starbucks virent au noir



C'est à un café au goût amer auquel ont eu le droit 12.000 employés américains de chez Starbucks, lorsqu'ils ont appris en fin de semaine dernière que la chaîne de cafés de Seattle avait décidé de réduire ses implantations. En effet, ce sont pas moins de 600 magasins sur un total de 11.000 à l'échelle américaine, qui vont devoir mettre la clef sous la porte. Il faut dire que depuis 2004, le géant du café avait doublé sa taille outre-Atlantique mais aussi que 70% des locaux qui vont fermer d'ici quelques semaines, ont été ouverts au cours des trois dernières années.

Au premier trimestre 2008, Starbucks a annoncé une chute de 28% de ses bénéfices aux Etats-Unis, signe que les consommateurs américains ne sont pas insensibles à la flambée des prix du pétrole ou celle des aliments. Malgré ses résultats mitigés aux Etats-Unis, le leader mondial de la distribution et de torréfaction de café, prévoit d'élargir son développement sur le continent européen - qui a commencé en 2001 en Suisse à Zurich- avec l'ouverture prochaine de salons de café en Belgique. La question qui se pose dans ce mini-fiasco, est de savoir si le développement a été mal contrôlé ou si les produits vendus par l'enseigne sont trop chers par rapport à la concurrence dans la conjoncture actuelle ?

Bien qu'ils poussent comme des champignons dans les grandes capitales telles Paris ou Londres, les salons de café Starbucks ne sont pas victimes de leur surnombre, mais plutôt des prix qu'ils affichent. En effet, en vous rendant dans un Starbucks parisien, vous constaterez que votre café vous coûtera entre 4 et 6 euros selon la taille du gobelet, à quoi il faut ajouter 2 à 3 euros pour s'offrir une pâtisserie. Alors certes, les tarifs affichés par le cafetier américain ne sont pas attractifs pour tous, mais comme en France Starbucks n'a pas réellement de concurrence sur ce secteur, il n'est pas prêt de boire la tasse.

Tags:  ,  

mercredi 25 juin 2008

L'Europe succombe à la Obamamania


Traditionnellement, les européens affichent plutôt leur sympathie pour le camp démocrate, mais pour la prochaine élection présidentielle américaine, il faut dire que le taux de popularité que recueille Barack Obama dans des pays comme l’Italie, la France ou l’Allemagne est sans précèdent pour un candidat démocrate. Toutefois, il convient de nuancer cet optimisme que témoignent les citoyens européens au sénateur de l’Illinois, car les hommes politiques des Etats cités ne partagent pas autant l’enthousiasme de leurs compatriotes. Selon un sondage mené par The Daily Telegraph réalisé au Royaume-Uni, en France, en Italie, en Allemagne et en Russie, 52% des sondés croient en la victoire du premier candidat noir à l’élection présidentielle américaine, et ils sont seulement 15% à penser que John McCain, ancien vétéran du Vietnam, sera le prochain locataire de la Maison Blanche.

Si on va dans le détail, on s’aperçoit que c’est en Italie que Barack Obama recueille le plus grand nombre de soutiens (70% de la population), même si le Président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, connu pour ses sensibilités pro-républicaines, souhaite la victoire de John McCain plus âgé de quelques mois que lui, pour « ne pas être le plus vieux sur la scène politique internationale » a t-il déclaré sur un ton plaisantin. En France, pays européen le plus anti-américain de la liste, 65% des citoyens glisseraient le bulletin de vote Obama, mieux encore les Allemands plébiscitent Obama à 67% et donnent seulement 6% de confiance à McCain.

Outre-Rhin, les rumeurs annoncent même une visite imminente de Barack Obama à Berlin, pour prononcer son « Ich bin ein Berliner » sur les traces de John Kennedy, et ainsi profiter de cette occasion pour témoigner sa ferme intention de mettre un terme au bourbier irakien. En Grande-Bretagne, Obama récolte 49% de soutiens contre 14% à son rival. Enfin du côté de la Russie, le candidat démocrate doit se satisfaire de 24% d’opinions positives contre 7% au candidat républicain.

Tags:  ,  

lundi 2 juin 2008

Bill Clinton, cet éternel séducteur



Alors qu'Hillary est en train d'en découdre avec Barack Obama pour la Maison Blanche, son mari Bill la soutient dans les meetings en journée et s'occupe comme il peut en soirée en fréquentant les fêtes mondaines. Bien connu pour ses talents de séducteur né, au delà même de l'affaire Monica Lewinsky qui a éclaté au grand jour il y'a 10 ans, l'ancien Président américain a été récemment soupçonné d'une nouvelle liaison extraconjugale. En effet, dans son dernier numéro le très glamour magazine américain Vanity Fair lui a prêté une aventure avec l'actrice américaine Gina Gershon que l'on a vu à l'affiche de "Ugly Betty" dans le rôle Fabia en 2007, et plus récemment dans "P.S. I Love You" dans la peau de Sharon. L'auteur de cette rumeur n'est autre que le journaliste Todd Purdum, actuel mari de Dee Dee Myers herself, ancienne secrétaire de presse de Bill Clinton ! Informé de ce nouveau potin le concernant, Bill a bien sur sans grande surprise nié en bloc en affirmant que Purdum n'était qu'une "fripouille" et un "vicieux". Vengeance ou pas, après Bill et Monica voici voilà Bill et Gina, la presse people va s'en donner à coeur joie !

Tags:  ,