Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

lundi 14 septembre 2009

Nosdeputes.fr déclare ouverte la chasse aux députés absentéistes



Rentrée des classes oblige, gare aux absentéistes qui ont vite tendance à reprendre leurs habitudes de touriste. Voilà comment l’on pourrait résumer en une phrase, le message qu’ont souhaité adresser les créateurs du site Internet nosdeputes.fr, à nos 577 députés plus ou moins studieux. Lancé aujourd’hui, le site se veut être un observatoire citoyen de l’activité parlementaire qui présente individuellement les travaux de chaque député sur les 12 derniers mois. Mais la mission du site ne s'arrête pas là, puisque nosdeputes.fr donne la possibilité à Monsieur ou Madame Tout Le Monde de poster des commentaires relatifs au débat parlementaire français.

Les cumulards en ligne de mire

Avec ce nouveau système d'évaluation des parlementaires, nul doute que lors des prochaines élections législatives qui se tiendront en 2012, nosdeputes.fr facilitera la tâche aux électeurs, lorsqu’il sera l’heure de juger le bilan de celui ou celle qu’ils ont envoyé les représenter au Palais Bourbon à Paris. Autre atout potentiel de ce site, il sera dorénavant plus facile d’identifier les cumulards, ces élus de la République qui portent plusieurs casquettes à la fois, et qui fatalement ont du mal à boucler leurs obligations journalières en 24 heures. Face à cette nouvelle étape franchie dans la transparence de la démocratie française, une question se pose : à quand le lancement de nossenateurs.fr ? Le nom de domaine est enregistré, donc il y'a de bonnes chances que le projet soit dans les cartons. Quoi qu'il en soit, on voit qu'entre la récente polémique qui a touché Brice Hortefeux en créant un énorme buzz et ces nouveaux systèmes d'évaluation des parlementaires, Internet mène décidément la vie dure aux hommes et femmes politiques.

Tags:  ,  ,  

lundi 20 avril 2009

LCI a dit : Eric Revel ne bloguera plus



Surprise ce lundi sur le site Internet de LCI qui a procédé à un petit lifting de printemps, et où le blog du directeur de la rédaction de LCI, je nomme Eric Revel, a purement et simplement disparu, alors que les blogs de ses confrères de LCI sont toujours en ligne. Cette absence du blog d’Eric Revel n’est bien évidemment pas due à un problème technique, mais bel et bien à un retrait volontaire de la part de la rédaction de la chaîne d’information en continu.

Lettre ouverte

Dans un billet daté du mardi 7 avril 2009 qu'il a intitulé « Lettre ouverte à Ségolène Royal », l'éditorialiste Eric Revel avait vivement réagi à propos des excuses que Ségolène Royal avait présenté à l’Afrique au nom de la France au cours d'un déplacement à Dakar, sa ville natale. Des excuses qui se référaient à un discours de Nicolas Sarkozy qu’il a prononcé au Sénégal en juillet 2007 pour son premier déplacement en tant que Chef de l'État sur le continent africain, et dans lequel il avait déclaré que « l’Homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire ». Eric Revel a alors réagi sur son blog en disant « Je suis outré par votre démagogie et votre populisme … vous savez pertinemment ce que le Chef de l’Etat voulait dire : que hélas l’Afrique n’est pas assez mondialisée et qu’elle n’a pas pris à bras le corps son avenir pour entrer dans l’Histoire ».

Provoquer pour buzzer

Suite à la polémique qu’a crée ce billet, TF1 a ordonné le retrait de ce billet quelques heures après sa publication, au motif que les propos tenus par Eric Revel sur son blog, « ne sauraient engager la rédaction de LCI, ni la Direction Générale de l'information du Groupe TF1 ». Aujourd'hui, moins de deux semaines après les faits, c’est désormais son blog à part entière qui est rayé de la blogosphère. Et alors même que la sacro-sainte déontologie journalistique impose une forme de prétendue neutralité de la part des journalistes, il est regrettable qu’un commentateur chevronné comme l’est Eric Revel, ne puisse pas s’insurger devant de telles provocations, d'autant plus que nous ne sommes même pas en période de campagne électorale. Car les paroles qu'a exprimé Madame Royal à Dakar ou plus largement au cours de ces dernières semaines dans diverses circonstances, ont été expressément préméditées dans le seul but de créer le buzz sur Internet et faire parler d'elle dans les journaux. Car du fait qu'elle se trouve en difficulté dans sa propre formation politique, elle a besoin de capter l'attention médiatique par d'autres biais pour continuer à exister. De ce fait, que l’on approuve ou non l'action et les propos de Ségolène Royal, il faut tout de même reconnaître qu’en se laissant porter par des excès de légèreté sur des dossiers aussi sensibles, la Présidente de Poitou-Charentes fragilise sa crédibilité politique pour les échéances électorales futures.

Royal désapprouvée

Pour cause, selon un sondage Ifop réalisé le 13 avril dernier, 56% des Français désapprouvent le pardon de Madame Royal à Dakar. Et comme si elle voulait attirer à tout prix les caméras de télévision sur sa personne, l’ancienne candidate socialiste à la présidentielle est revenue à la charge en fin de semaine dernière. En effet, Ségolène Royal a présenté des excuses au nom de la France au Premier ministre Espagnol, José Luis Zapatero, qui aurait été qualifié de « peu intelligent » par le Président Sarkozy ; une attitude que le socialiste de la première heure qu'est Jack Lang a condamné ce lundi, en demandant à José Luis Zapatero d’excuser Ségolène Royal pour ses paroles. En somme, beaucoup de bruit et de polémiques qui ne font pas vraiment avancer les débats...

Tags:  ,  

mardi 22 janvier 2008

Troisième mi-temps à la mairie de Toulouse pour Fabien Pelous ?


Après la nomination de Bernard Laporte, ancien entraîneur du XV de France, au poste de secrétaire d'Etat chargé des Sports, il semble que les personnalités du monde sportif soient de plus en plus courtisées par la classe politique ; dernière recrue en date : Fabien Pelous, ancien capitaine et recordman des sélections (142) en Equipe de France. En vue des prochaines élections municipales, l'actuel 2ème ligne du Stade toulousain originaire de la région, a été présenté sur la liste de l'actuel maire UMP de Toulouse Jean-Luc Moudenc, qui avait repris le flambeau de la ville rose après la démission de Philippe Douste-Blazy en 2004. Si l'élu sortant transforme l'essai et brigue ainsi un nouveau mandat de six ans, Fabien Pellous héritera alors du poste de conseiller délégué chargé de superviser le secteur de la jeunesse.
Malgré la détermination affichée de Fabien Pelous d' "avancer avec la ville", nous sommes en droit de nous demander si avec l'arrivée d'une nouvelle figure sportive de plus dans les arènes du pouvoir, la vie politique française française ne risque t-elle pas d'avancer vers une "politique show", une politique version people ?

Tags:  ,  ,  

vendredi 7 septembre 2007

Les grands défis de l'Université française



L’Université française traverse une profonde crise, et pour cause : 20 % des étudiants quittent chaque année le système de formation sans diplôme en poche. De façon générale, nos universités souffrent d’un excès de centralisation et d’un manque de proximité avec le monde de l’entreprise, sans parler de leur faible compétitivité à l’international, la première université française pointant seulement au 45e rang mondial.

Lire la suite...


Tags:  ,  ,  

lundi 20 août 2007

Le formidable destin de Rachida Dati



Rachida Dati, actuelle Garde des Sceaux dans le gouvernement Fillon II, jouit de la plus forte cote de popularité au sein de toute l'équipe ministerielle, devant Bernard Kouchner et Christine Lagarde. Une première place qui ne doit rien au hasard, car Rachida Dati est avant tout une femme d'action et de convictions, mais incarne aussi la reussite de la France black blanc beur. Un parcours impressionnant d'une femme de 41 ans, fille d'immigrés maghrébins, qui a su gravir tous les échelons - de sa cité HLM en Bourgogne a la Place Vendôme - auquel le journaliste Lionel Cottu (ancien de France Europe Express) a decidé de s'interésser, a travers un ouvrage intitulé "Rachida Dati, sans complexes", qui paraitra en décembre prochain.

Tags:  ,  

mercredi 23 mai 2007

Pas facile d'être journaliste et femme de ministre


Lancée en septembre 1999, l'émission politique hebdomadaire "France Europe Express" présentée par Christine Ockrent, s'apprête à disparaître de la grille des programmes de France3 d'ici la fin juin. La raison officielle de changement ? Selon France3, cela se justifie par la récente nomination de son conjoint Bernard Kouchner au ministère des affaires étrangères, néanmoins Christine Ockrent aurait pris cette décision seule et n'aurait subi aucune pression de la chaîne. "A la rentrée, elle proposera un nouveau magazine qui s'orientera différement" a annoncé France3 mardi après-midi. Cette décision n'est pas sans nous rappeler les retraits temporaires de l'antenne de Mmes Schönberg et Drucker (compagnes respectives de MM. Borloo et Baroin) durant la campagne présidentielle, à ce propos on a appris cette semaine que Béatrice Schönberg ne récupérerait pas le fauteuil du 20 heures au profit de Laurent Delahousse, et que France2 lui aurait confié la présentation d'un magazine de société. Selon Arletette Chabot, directrice de la rédaction sur cette même chaîne, l'ex présentatrice du JT se "sentait sous surveillance".

Tags:  ,  

dimanche 18 mars 2007

Kärcher veut nettoyer son image


"Nettoyer au Kärcher la cité des 4000" de la Courneuve en région parisienne, tels ont été les mots que le ministre de l'Intérieur a employé suite au décès d'un enfant en pleine crise des banlieues en 2005. Cette expression aura largement défrayé la chronique politique pendant de longs mois et jusqu'à aujourd'hui Nicolas Sarkozy a parfois du mal à se défaire de l'étiquette "Kärcher" que ses opposants ne manquent pas de lui coller.
Au delà même de la polémique et de la provocation que cette expression a crée, Kärcher, entreprise qui produit des appareils de nettoyage à haute pression a du jouer avec son image de marque en étant confronté au débat politique ; à tel point que le mot Kärcher est presque entré dans le langage quotidien : pour preuve quand on ouvre le Petit Robert 2007 à la lettre K, on peut lire : "Kärcher" n.m. : "Du nom du fondateur de l'entreprise, l'allemand Alfred Kärcher. Nettoyeur qui projette de l'eau sous forte pression." Mis à part le tapage médiatique qui en a résulté, certains auteurs ne se sont pas privés de faire des mauvais jeux de mots, à l'instar de Philippe Cohen et Richard Malka qui ont publié en novembre dernier une bande-dessinée sous forme d'enquête, intitulée "La face karchée de Sarkozy", tout cela pour dire que l'entreprise allemande n'en a pas forcément tiré un réel profit commercial.

Mettre les points sur les Ä

C'est justement à cet effet qu'à cinq semaines du premier tour de l'élection présidentielle, que l'entreprise Kärcher a décidé de mettre terme à la connotation politique qu'on associait à la marque, via un communiqué publié dans la presse, où la firme germanique s'explique justement auprès de ses clients sur l'amalgame qui a été fait autour de ses produits par les déclarations du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy.
Néanmoins, la question que l'on peut se poser c'est pourquoi une telle action de communication intervient près d'un an et demi après les faits alors que l'on en a tant parlé ? Les ventes des produits Kärcher auraient-elles subi un ralentissement en raison de la mauvaise image que cette marque véhiculerait ou a t-on préféré que le dossier sensible de la crise des banlieues soit entériné et ainsi éviter de mettre de l'huile sur le feu ?
Quoi qu'il en soit que l'on parle de bon ou mauvais coup de pub pour la marque Kärcher, il y'a une chose qui est sur c'est que le principal intéressé dans cette affaire, par une démarche peu propre, ne s'est pas forcément rendu service en vue des présidentielles.

Tags:  ,  ,  

jeudi 23 novembre 2006

Jacques Chirac menacé de mort par e-mail


Au cours de son second mandat à l'Elysée, Jacques Chirac vient d'être menacé de mort pour la seconde fois, en effet on se souvient tous de la tentative d'assassinat ratée de Maxime Brunerie qu avait prévu de tirer sur le chef de l'Etat à bout portant lors de la cérémonie du 14 juillet 2002 ; ce mois-ci on apprend qu'un individu d'une vingtaine d'années aurait transmsis au cours de l'année 2006 à plusieurs reprises à la Présidence de la République, des e-mails menaçant de mort Jacques Chirac.
L'auteur de ces courriers électroniques a été condamné seulement à trois mois avec sursis, ce qui peu par rapport aux dix années de prison auxquelles Maxime Brunerie devra purger, car tentative d'assassinat indirecte ou pas, cet homme déséquilibré est un meurtrier potentiel qui aurait pu se frayer un chemin dans les foules, parallèles au chemin du cortège présidentiel ou croiser les pas de simples citoyens.

Tags:  ,  

samedi 2 septembre 2006

Le CV anonyme se montrera t-il un jour ?


C'est Jean-Pierre Raffarin du temps où il était encore Premier ministre qui avait relancé le débat sur les bienfaits de l'introduction d'un CV anonyme sans photo dans tous les processus de recrutement ou de sélection de candidats aux concours. L'introduction d'un CV anonyme obligatoire devait compléter la loi sur l'égalité des chances du 2 avril 2006 pour lutter notamment contre toutes les discriminations subies trop souvent encore par certains candidats issus de l'immigration.
Depuis ce temps les choses n'ont pas tellement changées et la mise en place du curriculum vitae anonyme reste une mesure politique très controversée dans la classe politique elle-même et dans les entreprises surtout en cette période de pré-campagne présidentielle. Il est fort à parier que ce projet quasiment unique au monde aura tout de même du mal à rentrer dans les moeurs car de toute façon il semble totalement impossible d'essayer d'imposer un choix de candidat surtout dans les petites structures privées.
Seule une lente mutation de la société française effacera probablement petit à petit ce type de discriminations et les jeunes d'aujourd'hui seront certainement plus habitués et moins sensibles aux différences culturelles entre les candidats.

Tags:  

dimanche 30 juillet 2006

Petits coins de paradis de nos hommes et femmes politiques


Après une année politique 2005-2006 agitée par la crise des banlieues, les manifestations contre le CPE et le conflit au Liban, nos politiques méritent bien quelques jours de vacances avant de préparer leurs troupes pour la présidentielle de 2007, après le dernier conseil des ministres qui aura lieu demain c’est la fin des classes, rentrée prévue lors des universités d’été : la Rochelle pour le Parti Socialiste, Marseille pour l’UMP.

Premier constat, la classe politique française préfère très largement passer ses vacances en France et les rares qui quittent l’hexagone cet été sont le socialiste Dominique Strauss-Kahn qui ira se ressourcer au Maroc, Jean-Marie le Pen du Front National qui se rendra en Serbie et Géorgie et enfin Arlette Laguiller de la LCR qui passera quelques jours de repos en Italie ; pour les autres c’est le tour des régions françaises : sans grande surprise Jacques Chirac séjournera dans le Var au Fort de Brégançon (résidence d’été présidentielle) pendant que le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy dédicacera son nouveau livre « Témoignage » à Arcachon, alors que le Premier ministre Dominique de Villepin s’échappera durant quelques jours de la canicule de Matignon pour se refaire une santé en Bretagne. Du côté de l’opposition, le couple Ségolène Royal / François Hollande profitera du beau soleil de Mougins, Lionel Jospin restera fidèle pour la dixième fois à l’Ile de Ré tandis que Laurent Fabius qui ne cache pas ses ambitions de présidence, méditera tranquillement en Ariège.

Malheureusement, certains membres du gouvernement comme Philippe Douste-Blazy, Michèle Alliot-Marie ou Xavier Bertrand, retenus à Paris pour cause de crise au Proche-Orient n’auront pas la joie d’entendre les chants de cigales aoûtiens et devront patienter pour parfaire leur bronzage, néanmoins il leur reste une consolation, l’idée d’un autre politique, celle de l'actuel maire de Paris Bertrand Delonoë : Paris Plage, courage !


Tags:  ,  ,  ,  

mardi 25 juillet 2006

Arnaud Montebourg sonne l'heure du renouveau au PS


Ce lundi 24 juillet 2006, le député socialiste de Saône-et-Loire Arnaud Montebourg est monté au créneau pour apporter son soutien sans faille à Ségolène Royal, en concurrence avec les « éléphants » du Parti Socialiste (Jack Lang, Laurent Fabius...) pour l’investiture à l’élection présidentielle de 2007. Contrairement à l’UMP qui voit l’élection présidentielle de l’an prochain sous le prisme énigmatique de « Imaginons la France d’après », Arnaud Montebourg manifeste un désir de renouvellement et ce n’est pas un hasard si a 10 mois de la grande élection, il ouvre un blog pour véhiculer les idées de son mouvement « Rénover maintenant » (http://www.renover-maintenant.org/blog/index.php/) né en décembre 2005 ; Ségolène Royal avait également ouvert en début d’année 2006 un blog participatif qui porte curieusement le nom de « Désirs d’avenir »( http://www.desirsdavenir.org/), des slogans qui sont dans l’esprit bonnet blanc et blanc bonnet.

Montebourg, tout comme Ségolène Royal, actuelle présidente de la région Poitou-Charentes, est partisan d’un renouvellement de génération au Parti Socialiste qui s'accompagne d'un revirement dans le style de gouvernance et à certains égards d’un renouvellement des institutions, comme lorsqu’il avait suggéré en début d’année l’instauration d’une sixième République française, selon lui plus adaptée aux mutations de la société française.


Tags:  ,  

mercredi 14 juin 2006

Le quinquennat ou l'impossible gouvernance française


La réforme de la durée du mandat du Président de la République de 7 à 5 ans, intervenu en 2000 et mise en application pour la première fois à la réelection de Jacques Chirac en 2002 a certes permis de ne pas retomber dans des périodes de cohabitation gauche / droite grâce à l’alignement des mandats des parlementaires et des membres de l’exécutif (Président de la République et Premier ministre) mais a entrainé le fait que le quinquennat a été divisé en 2 périodes : 2 ans d’action post-élection puis 2 ans de pré-campagne assortis d’une période d’immobilisme pré-électoral.
Cela se confirme en premier lieu lorsque l’on se souvient que dès 2004 Nicolas Sarkozy, ministre de l'Intérieur et actuel Président de l’UMP fût interrogé par les journalistes sur ses ambitions présidentielles : pensez-vous à l’Elysée en vous rasant le matin ? Par ailleurs en 2005, certains médias semblaient être plus préocupés par la campagne présidentielle que par la question cruciale de donner une Constitution à l’Europe. Courant 2006, à un an de la présidentielle, alors qu’aucun candidat n’est encore officiellement déclaré, on nous annonce déjà dans les sondages un duel Nicolas Sakozy / Ségolène Royal au second tour de la présidentielle 2007 qui s’est jusque là joué virtuellement, dans les kiosques, au nombre de couvertures de magazines consacrées à chacun d’entre eux. Dans ces conditions, si durant le quinquennat présidentiel on attache plus de temps à préparer les prochaines échéances présidentielles que laisser l’équipe au pouvoir mettre en application ses programme de campagne, on se retrouve rapidement confrontés à une politique d’immobilisme, incompatible avec les réformes dont la France a encore besoin.

Tags:  ,