Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

lundi 14 septembre 2009

Nosdeputes.fr déclare ouverte la chasse aux députés absentéistes



Rentrée des classes oblige, gare aux absentéistes qui ont vite tendance à reprendre leurs habitudes de touriste. Voilà comment l’on pourrait résumer en une phrase, le message qu’ont souhaité adresser les créateurs du site Internet nosdeputes.fr, à nos 577 députés plus ou moins studieux. Lancé aujourd’hui, le site se veut être un observatoire citoyen de l’activité parlementaire qui présente individuellement les travaux de chaque député sur les 12 derniers mois. Mais la mission du site ne s'arrête pas là, puisque nosdeputes.fr donne la possibilité à Monsieur ou Madame Tout Le Monde de poster des commentaires relatifs au débat parlementaire français.

Les cumulards en ligne de mire

Avec ce nouveau système d'évaluation des parlementaires, nul doute que lors des prochaines élections législatives qui se tiendront en 2012, nosdeputes.fr facilitera la tâche aux électeurs, lorsqu’il sera l’heure de juger le bilan de celui ou celle qu’ils ont envoyé les représenter au Palais Bourbon à Paris. Autre atout potentiel de ce site, il sera dorénavant plus facile d’identifier les cumulards, ces élus de la République qui portent plusieurs casquettes à la fois, et qui fatalement ont du mal à boucler leurs obligations journalières en 24 heures. Face à cette nouvelle étape franchie dans la transparence de la démocratie française, une question se pose : à quand le lancement de nossenateurs.fr ? Le nom de domaine est enregistré, donc il y'a de bonnes chances que le projet soit dans les cartons. Quoi qu'il en soit, on voit qu'entre la récente polémique qui a touché Brice Hortefeux en créant un énorme buzz et ces nouveaux systèmes d'évaluation des parlementaires, Internet mène décidément la vie dure aux hommes et femmes politiques.

Tags:  ,  ,  

vendredi 22 juin 2007

Le Pacte Présidentiel Royal, la farce tranquille !


Interviewée mercredi dernier dans l'émission Question d'info (LCP-Le Monde-France Info), l’ex-candidate socialiste à l’Elysée, a déclaré à propos du smic à 1500 euros et de la généralisation des 35 heures, que « ce sont des idées qui ne sont pas crédibles, pas cohérentes avec le projet socialiste ». Des idées qu’elle avait pourtant fait siennes dans son « Pacte Présidentiel ». Incapable d’harmoniser ses propres convictions, Ségolène Royal a fait preuve une fois de plus de son amateurisme politique et de son manque de crédibilité. Hormis son propre qui s’est fait berner, ce sont pas moins de 16.790.611 électeurs qui ont cru dur comme fer, au projet en carton de l’élue de Poitou-Charentes. Comment peut-elle maintenant jouir d’une quelconque crédibilité au sein de ses rangs, si elle souhaitait briguer le poste de premier secrétaire, toujours occupé par son futur ex compagnon François Hollande ? Ségolène Royal s’est aussi dite prête pour 2012, sans préciser si elle envisageait de concourir aux Jeux Olympiques ou dans la course à l'Elysée.

Tags:  ,  ,  

mercredi 13 juin 2007

Illusions royalistes



"Si la politique pouvait être aussi simple qu’un coup de fil", cela faisait déjà un bon moment que l'ex-candidate socialiste à l'Elysée ne nous avait plus offert ce genre de Ségolènerie. Il faut croire que les quelques jours de vacances bien mérités qu'elle a passé à Djerba à la mi-mai, ont fait germer en elle de nouveaux "Désirs d'Avenir", un avenir qui ne s'annonce pas vraiment royal pour la présidente de la région Poitou-Charentes. Pointée aux abonnés absents lors du lancement de la campagne législative, son premier secrétaire du PS de compagnon, a du se sentir bien seul ce jour à Bordeaux. Pendant ce temps, Ségolène Royal devait sûrement déjà être occupée, à envisager les hypothétiques jeux d'alliances pour le second tour des élections législatives, et laisser des messages sur les répondeurs des responsables des principales formations politiques. Car Ségolène Royal sait imprimer son style, tout se règle sur un coup de fil pour faire alliance ou organiser un meeting dans un grand hôtel parisien avec l'UDF et François Bayrou. Interviewée aujourd'hui sur l'antenne de BFM, au sujet de l'alliance qu'elle souhaitait établir avec le MoDem pour le 17 juin prochain, Ségolène Royal a affirmé qu'elle n'était "dans des stratégies d'alliance" avec le MoDem mais simplement dans "des logiques de simplicité des relations humaines dans la politique".

Théories boiteuses

Absente du Bureau National du Parti Socialiste qui s'est tenu hier, Ségolène Royal a été définitivement désavouée par son camp, même ses plus fervents soutiens au PS ne peuvent plus cautionner ses stratégies boiteuses. Il est révolu le temps de la campagne présidentielle où le PS devait s'incliner face à la ligne de conduite que dictait sa cavalière, Ségolène Royal n'est plus la candidate, Ségolène Royal n'est plus la cavalière et le PS n'élargira pas d'alliances au delà des partis de gauche. Si la politique était simple comme un coup de fil Madame Royal ça se saurait, la politique ce n'est pas un conte de fée, en attendant vous avez demandé l'Elysée, il semblerait que vous vous soyez trompé de numéro.

Tags:  ,  

dimanche 15 avril 2007

L'alliance de la dernière chance


Les sondages se suivent et se ressemblent mais aucun d’entre eux ne donne Ségolène Royal victorieuse au second tour, si elle venait à s’y qualifier. Dans cette avant dernière semaine de campagne, entre une enquête démentie des RG qui prévoyait l’élimination du PS dès le 1er tour et une Ségolène Royal de plus en plus tallonée par le candidat centriste François Bayrou, c’est un peu la confusion dans le camp socialiste et on sent que le vent tourne.
Précisément face à la menace Bayrou, deux figures du PS, Michel Rocard et Bernard Kouchner ont cette semaine successivement proposé d’annoncer aux électeurs avant le 1er tour une alliance PS-UDF, dans le but de créer une coalition contre celui qui monopolise la tête des sondages, je nomme Nicolas Sarkozy. Une alliance que François Hollande a récusé et qualifié d’ « inconcevable », au motif que les électeurs UDF voteraient Royal au second tour, soit mais pour cela il faudrait encore passer le barrage du premier tour ! Car si les éléphants socialistes se bornent à faire cavalier seul et n’ont pas compris que le seul qui est réellement en mesure d’inquiéter le candidat de l’UMP au second tour, c’est François Bayrou, on se dirige alors tout droit vers un 21 avril 2002 bis.

Plus que pour contrer Nicolas Sarkozy, faire alliance avec l'UDF et donc éviter la dispersion des votes, c'est également barrer la route à l'équipe de Jean-Marie Le Pen dont les sondages ne reflètent pas la menace mais dont la présence au second tour n'est pas un scénario à exclure. Le vote FN n'est pas facilement avoué dans les sondages, les récents événements en Gare du Nord et la crise des banlieues de 2005, encore présente dans les esprits, sont autant d'éléments qui mettent de l'eau sur le moulin Le Pen. En outre, si des anciens cadres du Parti Socialiste MM. Rocard et Kouchner, jouissant d’une certaine légitimité auprès de Français, avançent une telle idée, c’est qu’ils connaissent les dures réalités de la campagne électorale, sûrement plus que Ségolène Royal et sa joyeuse troupe d’éléphants.
Dans un entretien donné au Journal du Dimanche, Madame Royal fustige l'homme avec lequel on lui a conseillé de s'unir : "François Bayrou est une personnalité respectable, mais il n'a ni programme, ni équipe". N'ayez crainte Madame Royal, dimanche prochain, les urnes jugeront votre programme et votre équipe, à sa juste valeur.

Tags:  ,  ,  

lundi 19 février 2007

Bernard Tapie n'est pas un Royaliste


Dans une interview accordée au journal Le Parisien, l'ancien ministre du gouvernement Balladur, Bernard Tapie, affirme clairement que la candidate PS à l'élection présidentielle a été choisie "uniquement en fonction des sondages", par ailleurs l'homme affaires se montre irrité par une Ségolène Royal qui sans cesse utilise le "Je". Il ne s'est pas encore officiellement rallié au clan de Nicolas Sarkozy mais il a promis de faire connaître son choix d'ici la mi-mars.

En marge de cet entretien, l'homme d'affaires a eu quelques petites formules peu élogieuses pour qualifier l'"inexpérience personnelle" de la candidate du Parti Socialiste : "On ne construit pas la France de l’avenir en réunissant deux cents à trois cents pékins dans un préau" ou encore "Tu ne gagnes pas la Champion’s league avec une équipe de deuxième division", que dire à part que c'est du Bernard Tapie dans toute sa splendeur...

Tags:  ,  ,  

mercredi 31 janvier 2007

Gérald Dahan, sous-marin de l'UMP ?


Depuis plusieurs semaines, cela n'aura échappé à aucune caméra, Ségolène Royal multiplie les bourdes tant par ses ses lacunes en poltitique étrangère comme en témoignent ses tournées au Proche Orient ou en Chine, que par ses initiatives douteuses en politique intérieure.

Invitée cette semaine sur RMC INFO, la candidate PS à l'élection présidentielle a été piégé par un journaliste qui l'interrogeait sur le nombre de sous-marins que la France possédait, il en ressort que l'élève Ségolène ne connait pas ses leçons car au lieu de répondre 7, elle répliqua 1. La veille déjà à quelques minutes d'un meeting, croyant s'entetenir avec le Premier ministre québécois Jean Charest, suite aux déclarations polémisées qu'elle a tenu sur la souveraineté du Québec, elle a été victime d'un canular téléphonique réalisé par l'imitateur Gérald Dahan. Entretien téléphonique au cours duquel elle confia d'ailleurs à l'imposteur que "les Français ne seraient pas contre l'indépendance de la Corse", lorsque son interlocuteur fit le parallèle entre la place du Québec au Canada et celle de la Corse en France. Sur un ton très léger, elle termina par ces mots "Ne répétez pas cela, cela va encore faire un incident, ce coup là en France, c'est secret" suivis d'un fou rire.

En arrivant à la tribune, sans savoir encore qu'elle venait d'être piégée, elle excusa son retard par ce fameux coup de fil avec l'imposteur du jour Gérald Dahan, qui selon les uns serait un simple trouble-fête et pour d'autres peut-être un sous-marin de l'UMP, le 8ème sous-marin de la France Madame Royal...

Tags:  ,  ,  

dimanche 26 novembre 2006

Quand l'équipe de campagne de Royal s'emmêle les pinceaux


Vendredi dernier, à moins de 48 heures du discours d'investiture de Ségolène Royal dans sa course à l'Elysée, un papier considéré comme confidentiel a été envoyé par erreur à l'ensemble des rédactions de presse natioanales et internationales par le bureau de campagne du Parti socialiste. Ce papier n'était ni plus ni moins que le discours officiel qu'allait présenter présenter la candidate du PS deux jours plus tard à la Mutualité à Paris. Dans la panique, un autre message aurait été renvoyé aux rédactions pour qu'elles ne tiennent pas compte du premier message, sous prétexte qu'il ne s'agissait que d'une "première version". Les "plumes du PS" sous les ordres du député européen Vincent Peillon ont encore quelques progrès à faire côté nouvelles technologies, à moins qu'il ne s'agisse tout simplement d'un coup d'intox...

Tags:  ,  ,  

jeudi 31 août 2006

Jospin prêt à jouer les troubles-fêtes à l'investiture PS


Après ses déclarations évasives sur ses ambitions de présidence qu'il a tenu aux universités d'été du PS à la Rochelle, Lionel Jospin, ancien locataire de Matignon a véritablement manifesté sa posture de présidentiable hier matin sur les ondes de France Inter.
Dans son allocution radiophonique, deux points particulièrement probants laissent croire que Lionel Jospin sera dans la course à l'investiture : "Je sais que je suis capable d'assumer la charge de chef de l'Etat ... si cela a un sens pour les Français, si ça peut rassembler les socialistes, alors effectivement je me sens apte à assumer cette mission", capacité et rassemblement, deux termes forts qui pourraient réunifier le PS soumis à trop d'intérêts personnels.
Comme ses "amis" socialistes, Strauss-Kahn ou Lang, Lionel Jospin a lui également franchi le cap de la net politique en ouvrant son blog à l'adresse suivante : http://lioneljospin.parti-socialiste.fr/ où vous retrouverez la retranscription de l'interview donnée à France Inter.

Tags:  ,  ,  

dimanche 30 juillet 2006

Petits coins de paradis de nos hommes et femmes politiques


Après une année politique 2005-2006 agitée par la crise des banlieues, les manifestations contre le CPE et le conflit au Liban, nos politiques méritent bien quelques jours de vacances avant de préparer leurs troupes pour la présidentielle de 2007, après le dernier conseil des ministres qui aura lieu demain c’est la fin des classes, rentrée prévue lors des universités d’été : la Rochelle pour le Parti Socialiste, Marseille pour l’UMP.

Premier constat, la classe politique française préfère très largement passer ses vacances en France et les rares qui quittent l’hexagone cet été sont le socialiste Dominique Strauss-Kahn qui ira se ressourcer au Maroc, Jean-Marie le Pen du Front National qui se rendra en Serbie et Géorgie et enfin Arlette Laguiller de la LCR qui passera quelques jours de repos en Italie ; pour les autres c’est le tour des régions françaises : sans grande surprise Jacques Chirac séjournera dans le Var au Fort de Brégançon (résidence d’été présidentielle) pendant que le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy dédicacera son nouveau livre « Témoignage » à Arcachon, alors que le Premier ministre Dominique de Villepin s’échappera durant quelques jours de la canicule de Matignon pour se refaire une santé en Bretagne. Du côté de l’opposition, le couple Ségolène Royal / François Hollande profitera du beau soleil de Mougins, Lionel Jospin restera fidèle pour la dixième fois à l’Ile de Ré tandis que Laurent Fabius qui ne cache pas ses ambitions de présidence, méditera tranquillement en Ariège.

Malheureusement, certains membres du gouvernement comme Philippe Douste-Blazy, Michèle Alliot-Marie ou Xavier Bertrand, retenus à Paris pour cause de crise au Proche-Orient n’auront pas la joie d’entendre les chants de cigales aoûtiens et devront patienter pour parfaire leur bronzage, néanmoins il leur reste une consolation, l’idée d’un autre politique, celle de l'actuel maire de Paris Bertrand Delonoë : Paris Plage, courage !


Tags:  ,  ,  ,  

dimanche 23 juillet 2006

Le bras de fer des présidentielles s'engage cet été sur les plages


Pendant que les vacanciers ont délaissé leur PC et les blogs des partis politiques pour parfaire leur bronzage, l'UMP et le PS en profitent pour réaliser des opérations séduction sur les plages de France à moins de 10 mois des présidentielles pour fidéliser leurs électeurs et conquérir de nouvelles voies en mai prochain. Le principe ? Relativement simple. Lancé par l'UMP l'an dernier à l'initiative de Nicolas Sarkozy pour parfaire sa communication, il s'agit de caravanes aux couleurs de l'UMP et du PS qui sillonent les plages et stations balnéaires de France avec à leur bord de jeunes adhérents (Jeunes Populaires pour l'UMP - Mouvement des Jeunes Socialistes pour le PS) qui ont pour mission de diffuser leurs messages politiques et proner le dialogue citoyen à l’aide d’outils marketing comme des t-shirts, des tongues et même des préservatifs aux couleurs de l’UMP.

Devant le succès rencontré par la première édition de 2005, l’UMP a décidé de reconduire ce rendez-vous qui visiblement séduit les électeurs, la politique sur les plages, forcément ça parait plus relaxant. Quant à lui le Parti Socialiste n’a pas hésité à en faire de même mais fera rouler ses caravanes à partir du 5 août jusqu’au 21 septembre, contrairement au parti majoritaire dont les caravanes politiques sont déjà sur les routes depuis début juillet. Leur trajet s’arrêtera début septembre à Marseille, ville organisatrice des universités d’été 2006 de l’UMP mais également curieux hasard, point de départ des caravanes du PS.

Vous trouverez plus d’informations sur les escales des caravanes de l’UMP sur « www.caravane-ump.org/ » et sur « www.parti-socialiste.fr/ » pour celles du Parti Socialiste pour espérer rencontrer Ségolène Royal, François Hollande ou Nicolas Sarkozy ou plutôt le ou la futur(e) Président(e) de la République en tongues / t-shirt et tout sourire sur les plages de France.


Tags:  ,  ,  

vendredi 2 juin 2006

La méthode Ségolène Royal ne fait pas l'unanimité au PS

La montée en puissance dans les sondages de Ségolène Royal pour son éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2007 a largement divisé le Parti Socialiste français ces derniers mois, à commencer par le fait qu'il s'agit de la première femme française qui tenterait de briguer un mandat présidentiel tous partis confondus. Parmi ses appuis politiques, elle compte Julien Dray (porte-parole du PS), Pierre Mauroy ou encore le député socialiste Arnaud Montebourg, médiatisé cette année à propos de son projet de VIème République pour la France ; du côté des détracteurs on retrouve des figures du Pari Socialiste comme Martine Aubry, l'ancien ministre Claude Allègre ou encore l'actuel locataire de la mairie de Paris Bertrand Delanoë.

Par ailleurs, selon de récents sondages en vue de l'élection présidentielle de l'an prochain, on se rend compte que Ségolène Royal dispose de solides arguments en sa faveur : 60% de ses sympathisants voteraient pour Royal par rapport au fait qu’elle est une femme, 56% pour ses positions en matière de morale, 48% pour son comportement à l’intérieur du PS et enfin 48% pour ses propositions économiques et sociales. Ces derniers jours, on a entendu parler dans les médias de "ségolisme", terme employé par Ségolène Royal elle-même pour qualifier ses options politiques pour 2007, comble de l'histoire : François Hollande, premier secrétaire du Parti Socialiste et actuel compagnon de la dame de fer du PS a démenti avoir entendu parler de "ségolisme", avouant simplement connaître Ségolène Royal et le socialisme, à bon entendeur. L'Express propose un dossier très complet sur Ségolène en présentant aussi ses premiers pas en politique et son couple avec François Hollande.


Tags:  ,  ,  ,