Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

dimanche 28 mars 2010

Les médias n'enterrent t-ils pas trop vite Michael Schumacher ?


Voilà deux semaines, le septuple champion du monde allemand de Formule 1, Michael Schumacher, faisait son grand retour dans la discipline reine du sport automobile, au terme d'une trêve de trois saisons. Seulement voilà, au terme des deux premières courses de la saison, le pilote allemand a terminé ces épreuves respectivement aux 6ème et 10ème rangs. Sans lui donner de reprendre le rythme de la compétition, certains médias sportifs et non-sportifs le fustigent de critiques acerbes, comme s'ils s'attendaient à ce que Schumacher enfile les victoires une par une dès son retour.

Tags:  ,  

samedi 7 mars 2009

Grâce à Ross Brawn, Honda quitte la Formule 1 par la grande porte



En décembre dernier, dans le petit monde de la Formule 1, on apprenait que l’écurie Honda allait abandonner ses activités dans la catégorie reine du sport automobile. Raison officielle invoquée ? La crise économique. Mais en réalité, il se trouve que les relations entre le siège social au Japon et les associés britanniques devenaient de plus en plus houleuses, et c’est donc bien là qu’il faut voir la raison de ce divorce. Seulement voilà, ce retrait était lourd de conséquences pour la Formule 1 : allait-on perdre encore une équipe et disposer de seulement 18 voitures pour la saison 2009 ? Qu’allaient devenir les 700 employés de l'écurie Honda ? Ses pilotes Rubens Barrichello et Jenson Button, pouvaient-ils déjà s'acheter chacun une chaise longue et partir en retraite anticipée ? Dès lors face à la catastrophe qui se profilait, on se demandait qui pourrait bien reprendre le flambeau pour éviter la dissolution de l’équipe.

Brawn stratège sauveur

Au cours d’un feuilleton à rebondissements long de trois mois, les repreneurs potentiels ont défrayé la chronique. Parmi les plus sérieux, on peut citer les noms de milliardaires comme le Mexicain Carlos Slim (deuxième homme le plus riche du monde), ou le propriétaire de l’empire Virgin, Sir Richard Branson. Longtemps on a cru au rachat de l'équipe par un investisseur étranger, et pourtant le sauvetage s’est réalisé en interne, puisqu’on c’est son ancien directeur technique, Ross Brawn, qui a finalement racheté l’écurie, pour en faire sa propre équipe : BRAWN GP. Honda peut en tout c as quitter la F1 la tête haute grâce à cet ingénieur-aérodynamicien de 54 ans, qui a sans doute l’un des plus beaux palmarès de l’ère de la Formule 1 moderne. Car il faut savoir qu'avant de rejoindre Honda en 2007, Ross Brawn a exercé les fonctions de directeur technique chez Benetton puis chez Ferrari entre 1992 et 2006. C'est au sein de ces deux écuries, qu'il a notamment accompagné Michael Schumacher dans l’obtention de ses sept titres mondiaux et de ses innombrables succès.

Un sauvetage fragile

Mais au delà de l’euphorie de cette annonce qui est tombée à seulement 20 petits jours du lever de rideau de la saison 2009, cette écurie qui a été baptisée Brawn GP, sera t-elle réellement prête pour la première course à Melbourne ? Ses monoplaces ne comptabilisent qu’une seule journée d’essais sur tout l’hiver, et le moteur Mercedes qui sera greffé sur cette monoplace n’a encore jamais tourné. Et ce n'est pas la nouvelle réglementation 2009 qui interdit les essais privés en cours de saison, qui viendra favoriser le développement de cette nouvelle monoplace. Passons enfin rapidement en revue les troupes du côté des pilotes. Le casting reste inchangé par rapport à l’année dernière car Captain Brawn a prolongé sa confiance à Rubens Barrichello et à Jenson Button. Dans une structure naissante et encore fragile, la continuité s’avère être en effet le choix le plus sage qu’il pouvait faire, car les deux pilotes ont déjà passé trois ans ensemble. Cette décision a néanmoins crée une vague de déception du côté du Brésil, où certains espéraient que Bruno Senna, neveu du défunt triple champion du monde, prendrait la relève en remplaçant son compatriote Rubens Barrichello, recordman du nombre de participations en GP.

Au final, ce sauvetage in extremis c’est une très bonne nouvelle pour le petit monde de la Formule 1, qui ne traverse pas une période facile ces dernières années. Sur la grille de départ du Grand Prix d’Australie, il y’aura donc bel et bien 20 monoplaces. Pour Ross Brawn, le pari est osé, mais tout le monde sait qu'il est un vieux guerrier dans le monde de la Formule 1. Ses premiers galons, il les a gagné chez Williams où il avait décroché un poste de mécanicien aérodynamicien en 1978. L'expérience qu'il a acquis en travaillant aux côtés de Jean Todt durant dix années, est peut-être aussi l’un des meilleurs « stages » pour un futur dirigeant d’écurie. Et puisqu'on parle de pari, il se dit que le principal sponsor de Brawn GP, ne serait autre que le site de paris en ligne bwin.com, good luck Ross !

Tags:  ,  ,  

mardi 13 mars 2007

En 2007, un vent nouveau va souffler sur la F1


Les moteurs V8 sont prêts à vrombir, les pilotes plus impatients que jamais, le spectacle peut commencer ! Dimanche prochain le Circus F1 ouvre le bal au pays des kangourous, sur le circuit de l’Albert Park de Melbourne, première manche du championnat 2007 de Formule 1. Au programme, on remarquera l’absence de Schumi, parti à la retraite, auréolé de ses 7 couronnes mondiales et de ses 91 victoires en Grand Prix, néanmoins en F1 on accorde pas de place à la mélancolie, la relève est déjà là. Heikki Kovalainen ou Lewis Hamilton, ces noms ne vous disent probablement pas grand chose mais ce sont déjà des champions en herbe, des jeunes loups qui ont faim de victoire et de gloire, d’autant plus que le kaiser allemand ne sera plus là pour leur mener la vie dure, une nouvelle génération est née.

Après les retraits de Michael Schumacher et de Jacques Villeneuve, Fernando Alonso sera le seul champion du monde en piste lors de cette saison 2007, en seulement deux années l’élève aura surpassé le professeur Schumacher en devenant à 25 ans au volant de sa Renault, le plus jeune double champion du monde que la F1 n’ait jamais connu.
Toutefois même en étant double champion du monde en titre, Fernando Alonso, désormais pilote McLaren Mercedes, sera-il prêt à assumer son nouveau statut ? Ne succède pas qui veut à un Michael Schumacher et il semble qu'à l'heure actuele le pilote ibère ne dispose pas encore de cetté légitimité dont Prost, Senna ou Schumacher ont pu jouir à leur époque.
Cette année Fernando devra bien surveiller ses rétros, à commencer par son jeune équipier britannique Lewis Hamilton (premier noir en F1) âgé de 22 ans, que les journalistes sportifs surnomment déjà la « perle noire ». Alonso pourrait également voir rouge dans ses rétros car même si Schumi est parti, la Scuderia Ferrari ne compte pas faire de la figuration cette saison : Massa, ancien élève de Schumacher et leader naturel de l’équipe devra composer avec l’arrivée de Kimi Raikonen alias « Ice Man », en provenance de McLaren. Parmi les jeunes loups, il faudra également compter sur la présence du Polonais Robert Kubica qui a fait forte impression lorsqu’il est arrivé en fin de championnat pour remplacer Jacques Villeneuve au pied levé.
En fin de compte, on pourrait presque dire que tous les espoirs sont permis cette année : Michael Schumacher hors des circuits, c'est une nouvelle ère qui s'ouvre, ajoutez à cela une nouvelle génération de pilotes talentueux et de nouveaux défis à relever pour chaque équipe, tout s'annonce pour que 2007 soit un excellent cru pour la F1 !

Tags:  ,  ,  

dimanche 6 août 2006

Schumacher, victime des manoeuvres machiavéliques de la FIA ?


Grand Prix de Monte-Carlo 2006, 27 mai, 13 :59, Schumacher détient la pole position à moins d’une minute de la fin de la séance de qualifications, dans son dernier tour chronométré, sa monoplace rouge s’immobilise dans la dernière épingle de l’étroit circuit urbain monégasque et gêne tous les pilotes (dont Alonso, son grand rival) qui tentaient une ultime fois d'améliorer leur temps. Schumacher plaide un problème de direction et une erreur de pilotage mais la manoeuvre du pilote allemand crée la polémique sur le Rocher l’après-midi durant avant que les commissaires de piste ne décident de déclasser le Baron rouge et le relèguent en fin fond de grille pour avoir « délibérément arrêté sa voiture sur la piste (...) alors qu'il détenait le meilleur temps ». Parti des stands le couteau entre les dents, Michael Schumacher remonte un à un ses adversaires pour finalement terminer à une honorable 5ème position dans les rues de la Principauté, peu propices aux dépassements. Alonso, grand vainqueur du jour et champion du monde en titre, en profite pour creuser largement l’avance au championnat du monde et continue de balayer ce championnat 2006 de plein fouet comme il l’avait fait en 2005 ; puis au fil des courses Alonso commence à douter, Bridgestone prend l’ascendant sur Michelin, l’équipe Renault F1 est dépossédée d’un système de suspensions censé avantager ses monoplaces, Schumacher enfile les victoires telles les perles sur un collier et réduit l’écart avec le pilote ibérique à 11 points au soir du Grand Prix d’Allemagne du 30 juillet.

Week-end suivant, GP de Hongrie sur les hauteurs du Danube, séance d’essais libres du vendredi : les drapeaux jaunes sont agités (en raison d’une monoplace immobilisée sur la piste) et Fernando Alonso lancé à plein régime dans son tour rapide est gêné par Robert Doornbos, mécontent d’avoir été ralenti, le natif d’Oviedo donne un coup de volant en direction de la RedBull Ferrari, le double et le freine dans le virage suivant, des manoeuvres qui ne sont pas passées inaperçues : à la fin de la séance le pilote espagnol écope d’une lourde pénalité en vue de la course de dimanche : 2 secondes de pénalité sur son temps de qualification de référence du samedi, la première pour avoir doublé sous drapeau jaune, une autre pour conduite dangereuse, autant dire que la victoire lui sera interdite le dimanche, la sévère sanction infligée au pilote Renault, candidat au titre mondial crée la polémique dans le paddock dans la soirée de vendredi.

Le lendemain, durant les derniers essais libres avant les qualifications, le moteur de la Honda de Button explose et le drapeau rouge est rapidement brandi, malgré tout 3 pilotes sont surpris pour avoir dépassé sous drapeau rouge : en premier lieu Robert Kubica, jeune rookie qui fait son baptême du feu ce week-end et les deux suivants ne sont autres que l’inséparable paire Alonso-Schumi, les 3 intéressés sont entendus par les commissaires, résultat des courses : Schumacher sera pénalisé non pas d’une mais de deux secondes sur son temps de qualification et les deux autres seront purement et simplement blanchis, drôle de coincidence, les commissaires hongrois et la FIA auraient t-ils voulu réequiliber le scénario du GP de Hongrie : Fernando et Michael en fond de grille ?

La faute de Schumacher est évidente et ce n’est pas le septuple de champion du monde qu’il est qui ne connait pas la signification des drapeaux avec près de 250 week-ends de course au compteur mais au nom de quoi il se retrouve seul puni dans cet incident et de surcroit se voit infliger une sanction aléatoire qui est la même dont son rival pour la couronne mondiale avait écopé la veille pour des fautes plus graves ? Visière baisée, la mort dans l’âme, Schumacher s’élance pour la séance de qualifications tant attendue et pulvérise le record du tour du Hungaroring en reléguant son second et fidèle lieutenant Felipe Massa à une seconde pleine, sanction appliquée, il s’élancera du 11ème rang et laisse Fernando derrière lui à 4 places. Schumacher lancé sur 3 victoires de suite, les organisateurs et la FIA redoutaient t-ils qu’avec la sanction d’Alonso et malgré ses 11 points de retard sur le pilote ibérique, Schumi ne plie le championnat au soir du GP de Hongrie, à 5 courses de la fin ?

Pilote arrogant et fougueux mais pilote d’exception, Schumacher a été au cours de sa carrière sportive, victime à de nombreuses reprises de jugements arbitraires des hautes instances du sport automobile en apparaissant comme l’homme à abattre, la cible privilégiée car sa domination à toute épreuve a provoqué ou provoque le malaise. Après les sanctions de Monaco et du Hungaroring, on peut se demander si la FIA ne tenterait pas de décourager Schumacher et inviterait vivement le recordman de tous les temps à raccrocher son casque et laisser place à la nouvelle génération ?


Tags:  ,  ,  

dimanche 28 mai 2006

Coup de théâtre à Monaco : Schumacher disqualifié pour tricherie !

Coup de théâtre dans le circus F1, alors que les essais qualificatifs du Grand Prix de Monaco qui allaient déterminer les positions sur la grille de départ prenaient fin, le pilote allemand, septuple champion du monde, Michael Schumacher a durant son dernier tour de qualification immobilisé sa Ferrari sans raison évidente dans le dernier virage du circuit.

Michael disposant à ce moment du meilleur temps provisoire avance une défaillance technique (problème de direction) alors que les pilotes qui se trouvaient derrière lui (dont Fernando Alonso, son grand rival) étaient plus rapides dans le dernier secteur et sans avoir à ralentir en raison du drapeau rouge, le pilote Renault aurait pu raisonnablement décrocher la pole position. L’équipe Renault avec Flavio Briatore très remonté en tête a alors signalé son mécontentement aux commissaires de piste monégasques en alléguant que le geste de Schumacher était prémédité et délibéré pour ralentir ses adversaires dans leur dernier tour rapide.

Résultat des courses, après de nombreuses heures de pertractations, la FIA a décidé d’annuler tous les temps de Schumi et de le reléguer en fond de grille, en compagnie de son coéquipier Felipe Massa, qui lui n’a pas bouclé un tour après avoir heurté le rail de sécurité avec sa Ferrari pendant les qualifications! Dans son communiqué officiel la FIA affirme que Michael Schumacher a été reconnu coupable d'avoir "délibérément arrêté sa voiture sur la piste (...) alors qu'il détenait le meilleur temps".


Tags:  ,  ,