Calendrier

« novembre 2013
lunmarmerjeuvensamdim
123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930

Tags


Syndication

Recommander ce blog

Voir mon profile sur LinkedIn


Une sélection de la

dimanche 24 novembre 2013

A la recherche de commentateurs footballistiques passionnés


S’il existe un paradis des commentateurs sportifs, Thierry Gilardi et Thierry Roland ont dû être sacrément fiers de la prestation de l'Equipe de France de football face à l’Ukraine mardi dernier au Stade de France. Commentateurs compétents et passionnés, les deux Thierry vivaient chaque match des Bleus comme une fête.

Avec sa voix rauque inimitable et tellement attachante, Thierry Gilardi aurait certainement manifesté sa joie sans retenue sur le premier but en Bleus de Mamadou Sakho. Peut-être un peu dans l’esprit du commentaire enflammé qu’il avait réservé à Franck Ribéry pour son premier but international, inscrit un soir d’été 2006 lors de la rencontre Espagne-France en huitièmes de finale de Coupe du monde. Quant à Thierry Roland, connu pour son côté chauvin et râleur sympa, il aurait probablement contesté la décision arbitrale d’annuler un but de Karim Benzema jugé injustement hors jeu.

Serait-il allé jusqu’à traiter l’arbitre de « salaud » comme il l’avait fait lors du match Bulgarie-France comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1978, quand un penalty litigieux avait été accordé à la sélection bulgare ? Personne ne le saura mais son franc-parler et sa spontanéité apportaient parfois de la fraicheur dans le match. En se qualifiant pour la prochaine Coupe du monde, l’Equipe de France a sauvé son honneur mais il faut lui souhaiter des commentateurs télé un peu plus charismatiques que ceux qui sont censés accompagner les joueurs au Brésil dans quelques mois.

Souhaitons lui des passionnés de ballon rond proches du public qui soient là pour relater les matchs avec leurs tripes et transmettre des émotions fortes aux téléspectateurs jusqu’à faire aimer le foot à des gens qui ne le regardent jamais. Mais de grâce, débarrassez-la de ces journalistes sportifs qui donnent parfois l’impression d’être blasés et qui gavent leur public un peu trop souvent de commentaires aussi plats que les écrans de nos téléviseurs.

Tags:  ,  ,  

mercredi 6 juin 2012

Marre des stars de l'info, place à la jeunesse dans les JT


Voilà près d'une semaine que Laurence Ferrari a quitté le fauteuil de la grande messe du 20 heures de TF1. Depuis, son joker, Gilles Bouleau, a pris le relais jusqu'à la fin de l'été. Mais d'ici la rentrée, TF1 devra choisir un nouveau visage pour présenter les infos du soir en semaine. Chez les téléspectateurs, c'est Laurent Delahousse qui semble recueillir les le plus grand nombre de suffrages. Pourtant, celui qui fait les beaux jours des JT du week-end sur France 2, aurait des prétentions salariales assez élevées. Et pour cause, un éventuel transfert de Laurent Delahousse et de quelques uns de ses collaborateurs coûterait à TF1 deux millions d'euros par an, une somme qui aurait apparemment été jugée trop élevée par la chaine. Et ceci à juste titre. Car même si la mèche rebelle et le teint hâlé de Laurent Delahousse fait tourner la tête de nombreuses femmes (à tel point que sur Facebook on trouve un groupe intituilé "Pour ceux & celles qui regardent le JT de France 2 pour LAURENT DELAHOUSSE"), il n'en demeure pas moins vrai qu'il existe un tas d'autres jeunes journalistes pétillant(e)s qui n'auraient pas les prétentions des stars de l'info et qui pourraient tout aussi bien attirer des millions de téléspectateurs chaque soir. En bref, pour retrouver de bons pics d'audience sans pour autant casser sa tirerlire, TF1 ferait mieux de débaucher sa nouvelle perle sur France 24, I>Télé ou encore BFM TV.

Tags:  ,  

vendredi 26 juin 2009

Overdose médiatique autour de la disparition de Michael Jackson



Qu’elles soient issues du monde politique, artistique ou spirituel, rares sont aujourd’hui les personnalités publiques, dont la disparition puisse susciter un véritable engouement médiatique planétaire. En effet, il faut remonter au décès du Pape Jean Paul II intervenu en avril 2005, pour retrouver un émoi médiatique international aussi important dont le Roi de la Pop a fait l'objet au cours des dernières 24 heures. Oui le monde de la musique est devenu hier orphelin de l'un de ses monstres sacrés auquel il convient de rendre hommage, mais n'est t-on pas allé toutefois un peu trop loin dans le tapage médiatique ? Car à lire les unes enflammées de la presse mondiale ou à écouter les titres dramaturges des journaux télévisés diffusés en boucle aux quatre coins du globe depuis hier, c'est tout juste comme si on nous annonçait la fin du monde pour la fin du mois.

Une vie en rose et noir

Une fois de plus, certains médias se sont laissés aller dans le sensationnel en relatant l'évènement sur un ton quasi fanatique et en se délectant de chaque petite info sortie du chapeau. Artiste de génie, Michael Jackson a sans conteste marqué l'histoire de la musique mondiale mais n'avait plus produit de nouveau disque depuis 2001 et l'album « Invincible » qui avait été lancé avec le tube « You Rock My Word ». Rattrapé par la justice entre temps, il était devenu une personnalité publique dont l'image a été entachée par de nombreux scandales, peut-être à tort d'ailleurs. À l'instar de certains de ses prédécesseurs qui ont connu un destin fantastique et hors du commun, Michael Jackson a connu à son tour une fin de vie plutôt tragique. Isolé dans la souffrance et éloigné de son public, Bambi, comme l'appelaient affectueusement ses fans, imaginait sûrement une autre sortie ; comme peut-être celle de mourir sur scène après une dernière démonstration de moonwalk dans l'enceinte du O2 Arena Stadium de Londres, où il avait prévu de faire ses adieux à son public cet été.

Tags:  ,  ,  ,  

jeudi 12 février 2009

20 heures : deux hommes, une femme, triple choix



Aujourd’hui lorsque vous souhaitez regarder le journal télévisé de 20 heures, vous avez le choix entre TF1 et France 2, télévision privée contre service public. Eh bien sachez que ce duel éternel prendra les formes d’une lutte à trois très prochainement, car M6 a confirmé qu’elle s’invitera à la « grande messe » du 20h dès le 30 mars prochain. De rumeurs en démentis, dans les coulisses du PAF, cela va maintenant bientôt faire deux ans qu’on parlait du lancement d’un JT du soir sur M6. Une fois que les contours du projet ont pris forme au printemps 2008, l’identité de son présentateur potentiel n’en a pas suscité moins d’intrigue. Aller chercher Patrick Poivre d’Arvor fraîchement licencié par TF1 ? Faire confiance à un « présentateur maison » comme Guy Lagache qui a depuis 2003 brillamment succédé à Emmanuel Chain, aux commandes du magazine Capital ? Faire une proposition à Christophe Hondelatte, dont le magazine culturel « Vendredi, si ça me dit ! » programmé sur France 2 n'a pas trouvé pas son audience ? Ou peut-être alors faire les yeux doux à une jeune présentatrice talentueuse de la TNT ?

BCBG et labélisé Elysée

Après des mois de concertation et d’études, le verdict est tombé. En effet, selon une information publiée par le Parisien, M6 diffusera son premier JT de 20h le 30 mars prochain. Aux commandes de ce journal, on retrouvera à n'en pas douter Guy Lagache, au profil très BCBG et « labelisé » Elysée, depuis qu'il s’est récemment illustré dans l’interview présidentielle « Face à la crise » ; émission qu’il a co-animé avec Alain Duhamel de RTL, ainsi qu’avec ses deux futurs ennemis de demain : Laurence Ferrari et David Pujadas. Ces deux là n’ont qu’à bien se tenir, car le nouvel arrivant, Guy Lagache, sous ses airs d’élève studieux et de gendre idéal, risque fort de créer une petite révolution dans le monde du bon vieux journal télévisé. Diffusé à partir de 19h45, ce journal d’une durée approximative de 17 minutes, aura une longueur d’avance sur la concurrence au niveau de l’horaire, hautement stratégique pour les audiences à ce moment de la journée. Même si son JT sera plus court que celui de ses confrères, Guy Lagache évoluera tout de même dans un décor de plateau de télévision. Cela viendra ainsi mettre un terme à la longue tradition de M6, de privilégier la diffusion de flashs infos de 6 ou 10 minutes tout en images ; une stratégie qui n'a pas changé depuis la création de la chaîne en 1987, quand eut lieu le lancement infructueux d'un JT traditionnel.

L’info vitesse grand V

À une époque où l’information circule à la vitesse grand V sur le net, dans la presse payante et gratuite, les gens ont-il encore vraiment envie de « subir » la traditionnelle messe du 20 h, qui dure au moins une demi-heure ? Un JT plus court c’est peut-être également un moyen de capter de l’audimat chez les plus jeunes et ainsi les réconcilier avec l’info, d’autant plus que M6 se veut être une chaîne orientée vers un public jeune. Si on fait le constat du côté des audiences, on s'aperçoit qu'aujourd’hui, le journal de Laurence Ferrari navigue régulièrement sous la barre des 30% de parts de marché, tandis que son confrère David Pujadas lui grignote constamment des téléspectateurs, mais pour combien de temps encore ? Car Si Guy Lagache parvient à donner un rythme tonique à son JT, le pouce des clients de Ferrari et de Pujadas pourrait rapidement glisser sur la touche N°6 de la télécommande. Il va sans dire que ce soit du côté de la tour de verre TF1 à Boulogne-Billancourt, ou du côté de l’Esplanade Henri de France à Paris, les stratèges s’affairent déjà pour donner la réplique à un nouveau JT, qui sera produit pour sa part du côté de Neuilly-sur-Seine, commune la plus riche de France et chère à Nicolas Sarkozy.

Mise à jour du mercredi 18 février 2009 : M6 a repoussé le lancement de son 20h au 7 septembre 2009 Raisons avancées par la chaîne privée : une conjoncture économique et un marché publicitaire peu favorables. Alors même si ces arguments sont recevables en cette période exceptionnelle de crise, ce n'est pas la première fois que M6 reporte le lancement de ce 20h tant attendu. Dans ces conditions, la question qui se pose maintenant est de savoir si ce 20h de M6 n'est pas mort né, et si ce n'est pas le cas, a t-il réellement une chance de figurer dans la grille des programmes un jour ?

Tags:  ,  ,  ,  

mardi 21 octobre 2008

Lettre ouverte à Mickael Vendetta, star en carton 2008 du net


A tout hasard, sait-on jamais, avez-vous peut-être déjà entendu parler de l’ultime BUZZ, euh pardon … PARODIE du net ? Son nom à lui c’est Mickael Vendetta, alias MV, un petit bonhomme de 21 ans, parfait anonyme qui se prend pour un beau gosse planétaire mais qui reste « célibataire entre guillemets » comme il le confirme lui-même. Malheureusement pour lui, ce jeune homme a sûrement du trop regarder la télé durant son adolescence (qu'il n'a apparemment pas encore terminé), car il prend un peu trop ses rêves pour la réalité. Si le nom pseudo de Mickael Vendetta ne vous dit vraiment rien, alors je vous rassure vous ne devez pas être seul(e) et vous n’avez rien perdu, mais si vous avez 4 minutes 32 secondes à tuer (et pas une de plus !), voyez plutôt ça : mégalo, myho, parano ? Qui suis-je, qui suis-je ? Mickael Vendetta bien sur ! Vous pouvez couper à tout instant, MV ne vous en voudra pas, hein Mickael ? Suivez-moi, ça se passe par là pour cette petite séance de rattrapage…

Lire la suite...


Tags:  

mercredi 30 juillet 2008

Jean Dujardin pressenti pour incarner le rôle de Jacques Chirac



La rumeur court, enfle et persiste, l'acteur français Jean Dujardin est pressenti pour incarner très prochainement le rôle de l'ancien Président français, Jacques Chirac, dans un docu-fiction qui sera réalisée par France Télévisions. Jean Dujardin dans la peau de Jacques Chirac, qui donnerait la réplique à Denis Podalydès, qui jouerait lui-même le rôle de François Mitterrand, ce serait donc l'affiche d'un scénario où les deux hommes se rencontreraient dans un dîner organisé par Edith Cresson, au cours duquel ils discuteraient une stratégie pour "couler" Valéry Giscard d'Estaing, alias VGE, aux élections présidentielles de 1981. Un casting plutôt séduisant sur le papier mais malgré l'éventail des talents de Jean Dujardin qui lui a permis de s'offrir plusieurs jolis rôles au cours de sa jeune carrière, il n'est pas sur que son petit côté "dragueur des plages" dont il a usé à la perfection dans Brice de Nice ou la série télévisée Chouchou et Loulou, corresponde parfaitement au scénario du metteur en scène William Karel. Car ne se met pas dans la peau de Jacques Chirac qui veut, à moins de s'appeler Karl Zéro...

Tags:  ,  ,  

dimanche 8 juin 2008

PPDA limogé, le paquebot TF1 va prendre un nouveau cap



Patrick Poivre d'Arvor et TF1, voilà un tandem qui paraissait éternel aux yeux du public, tant les deux parties étaient devenus complémentaires, indissociables. Pourtant contre toute attente préalable, cette collaboration longue de 21 années va prendre fin d’ici quelques semaines. Quand on l’interrogeait sur la date à laquelle il quitterait le fauteuil du 20 heures, Patrick Poivre d'Arvor répondait inlassablement qu’il le ferait savoir aux téléspectateurs au moment venu mais qu’il s’était déjà fixé cette date. Hélas pour lui, le pape du journal télévisé français ne pensait pas partir si vite et a été rattrapé par le temps, l’âge et peut-être l’usure. En effet, depuis l’arrivée de Nonce Paolini à la direction de TF1 en 2007, en remplacement de Patrick le Lay, le climat s’est quelque peu détérioré entre le présentateur vedette et son équipe de direction. Au début de l’année 2008, un ouvrage intitulé Madame, Monsieur, Bonsoir... : Les dessous du premier JT de France est venu mettre en lumière les coulisses parfois houleuses de la grande messe du 20 heures la plus regardée d’Europe. Entre temps à l’Elysée, Nicolas Sarkozy aurait signifié son agacement que les chaînes de télé fassent appel à des journalistes peu incisifs et un peu trop politiquement correct pour réaliser les interviews élyséennes. Dans ces propos, PPDA qu’il ne porte pas d’ailleurs dans son cœur, était directement dans sa ligne de mire. Bien que l’Elysée ait démenti toute intervention du Président de la République dans le limogeage de PPDA, on connaît néanmoins les liens indéfectibles qui existent entre Nicolas Sarkozy et le groupe Bouygues et qui ont par conséquent favorisé cette éviction annoncée.

Vers un syndrome PPDA ?

Le départ imminent de PPDA marque la fin d’une époque à TF1, car disons le franchement le journaliste faisait « partie des meubles » sur cette chaîne et c’est à se demander si ses collègues Jean-Pierre Pernault ou Claire Chazal ne seront pas tôt ou tard invités à suivre la sortie. En effet, face à la concurrence que lui imposent par exemple les chaînes d’info en continu de la TNT comme I-Télé ou BFM où les présentateurs sont jeunes, beaux et dynamiques, TF1 fait figure de has been en matière d’information. Pour négocier ce nouveau virage, TF1 a fait appel à une ancienne de la maison, je nomme Laurence Ferrari, partie sur Canal+ il y’a deux ans après avoir congédié entre autres à cause d’une interview de Nicolas Sarkozy jugée trop impertinente. Un style d’interview qui n’a pas du tout déplu à l’intéressé lui-même et qui n’a d’ailleurs pas manqué de souligner toute l’admiration qu’il portait à la jeune journaliste, à tel point qu’en janvier 2008 lorsqu’ils venaient tous deux de divorcer, la presse française leur avait même prêté une romance ! Quoi qu’il en soit, Laurence Ferrari saura sûrement donner un ton plus enthousiaste et jeune au journal du soir. Dans le chapitre des journaux télévisés, il paraît que le jeu des chaises musicales n’est pas encore terminé pour cette année et il faut s’en réjouir car le PAF est souvent bien trop figé dans le temps côté animateurs et présentateurs. Quant à PPDA, recordman mondial de la longévité en JT et passionné de voile, il saura en très grand professionnel donner un nouveau cap à sa carrière.

Tags:  ,  ,  ,  

vendredi 2 mai 2008

Voyage au cœur du plateau de télévision mobile de CNN


L’élection présidentielle américaine de novembre prochain approche à grands pas, en effet John McCain est déjà assuré de défendre les couleurs du camp républicain alors que de leur côté Hillary Clinton et son rival Barack Obama, sont en train d’en découdre pour arracher le ticket pour l’investiture démocrate. Dans ce duel très serré, les supers délégués américains auront le dernier mot ; un duel néanmoins arbitré par les médias d’Outre-Atlantique qui mettent toujours plus de moyens pour être au plus près des évènements. Parmi toutes les chaînes de TV, il y’en a une qui a mis les petits plats dans les grands dans cette campagne, c’est CNN (Cable News Network) en se dotant d’une arme de reportage de dernière génération qu’elle a baptisé « CNN Election Express ». A première vue, il s’agit d’un bus comme un autre, recouvert d’autocollants à l’effigie de la chaîne d’information en continu. Mais dès qu’on pénètre la portière coulissante, le décor est saisissant : tout autour de l’appareil long de près de 25 mètres, on aperçoit des instruments de bord à perte de vue dignes de la Guerre des Etoiles : pas moins de 42 écrans plasma, 10 moniteurs LCD, 4 caméras de télévision Haute Définition, en somme un véritable studio de télévision sur roues !

Un studio TV lancé à 120 km/h

Josh Rubin, le directeur des opérations a fier allure lorsqu’il nous présente son vaisseau mobile qui sillonne les routes américaines 12 heures par jour depuis maintenant 10 mois. Chaque jour dimanche compris, c’est une équipe de 20 personnes qui s’affaire dans un bus studio ambulant capable d’atteindre les 120 km/h et de retransmettre les images filmées à bord vers tous les postes de télévision du monde en mesure de recevoir CNN, renversant ! A l’intérieur, tout est organisé pour que les journalistes et leurs invités se sentent comme à la télévision : larges fauteuils en cuir, spots lumineux pour éclairer les plateaux mobiles, cuisine, machines à café, douche, tout a été pensé pour apporter un confort maximal. Dale Fountain, le « captain » du CNN, qui considère ce bus comme son « bébé », connaît mieux que quiconque les routes américaines. A chaque jour, une nouvelle destination et à chaque jour une nouvelle occasion d’aller recueillir les impressions des acteurs politiques locaux et de leurs représentés. D’ailleurs à CNN, on dit qu’avec le CNN Election Express « There is no better way to see America ! » Lancé comme prototype durant la campagne présidentielle 2004 qui s’est jouée entre George W.Bush et son rival démocrate John Kerry, le CNN Election Express permet à la chaîne d’avoir un bureau mobile à l’endroit où se passe l’événement du moment, avec autant de capacités techniques que dans tous ses bureaux, pour être au plus près de l’action et de l’opinion publique. En France, ce n’est pas demain qu’on verra un France 24 Election Express, avec à son bord Nicolas Sarkozy ou Ségolène Royal qui sillonneraient les routes du Loir et Cher ou des Pyrénées !

Tags:  ,  ,  ,  

samedi 12 avril 2008

Eurovision 2008 - vers un nouveau fiasco français ?


Il s'appelle Sébastien, est barbu, a les cheveux longs et une corpulence de rugbyman, qui suis-je ? Vous pensiez à Sébastien Chabal ? Et bien non, c'était bien tenté mais c'est raté ! Son nom à lui c'est Sébastien Tellier, futur représentant français de la 53ème édition du concours de la chanson Eurovision, qui se tiendra à Belgrade le 20 mai prochain. Auteur, compositeur et interprète dans un genre électro-pop, Sébastien Tellier a sorti le premier de ses huits albums album en 2001, et a fait les premières du groupe Air pour se faire connaitre du pubic, il ne s'agit donc pas d'un débutant chanteur ou du dernier lauréat de la Nouvelle Star. Taillé dans un style plutôt ringard et décalé, ce trentenaire originaire de Paris, espère pourtant séduire nombreux de nos voisins européens avec son titre intitulé "Divine".

Chabal de la Pop

Dans une interview qu'il a accordé ce mois-ci au Parisien, le "Chabal de la Pop" comme on l'appelle déjà au sein de son fan club, a déclaré que "France 3 a compris que pour se faire remarquer à l'Eurovision, il faut afficher un look et un son décalés". Alors certes, il nous propose une prestation plus osée et dynamique que les chanteuses lyriques qui ont représenté la France lors des dernières éditions de l'Eurovision, mais disons-nous franchement que malgré tout, on atteint les sommets de la décadence cette année ! Premièrement, la chanson qu'il interprétera (issue de son troisième album) est écrite en anglais, à l'exception de sept petits mots empruntés à la langue de Molière qu'il répète à deux reprises "Toi et moi c'est comme tu sais, comment mon cœur a succombé". Certes l'anglais demeure toujours et encore la langue la plus exportable dans la musique, mais a t-on besoin de l'anglais en France pour proposer une performance valable ? Deuxièmement, le style de la chanson semble totalement inadapté au profil d'un véritable tube de l'Eurovision. Troisièmement, cette interprétation déplace les limites du ridicule avec un genre très kitch. Néanmoins, quand on voit qu'il y'a tout juste deux ans, le groupe de hard-rock finlandais Lordi triomphait haut la main à Athènes, on se dit que tout n'est peut-être pas perdu pour la France, et que finalement tous les espoirs sont permis !

Tags:  ,  ,  ,  

mardi 25 mars 2008

Pour ou contre le casting de TF1 dans les banlieues ?



A l'instar de Sciences Po Paris qui a ouvert son recrutement aux lycéens issus des Zones d'Education Prioritaires (ZEP) en 2003, la Fondation TF1 a annoncé qu'elle lançait un recrutement spécial pour les jeunes issus des banlieues de 18 à 30 ans. Les huits lauréats de ce "casting" se verront offrir un CDD (précédé d'une formation) de deux années au sein de la première chaine de télévision de France. Certes, cette initiative est louable dans le souci d'assurer une meilleure diversité ethnique dans les médias français, néanmoins ne faut pas t-il pas voir dans ce projet, une forme de stigmatisation des citoyens des quartiers difficiles, qui prendrait des allures de Starac' des banlieues ?

Tags:  ,  ,  

jeudi 24 janvier 2008

Nouveau duo pour interviewer Sarko ?



Accrédité par TF1 et France 2 pour aller interviewer le Président à l'Elysée, le duo Patrick Poivre d'Arvor / Arlette Chabot serait t-il trop "mou" ? A en croire l'avis de Nicolas Sarkozy, il n'y aucun doute sur la question, en effet au lendemain de la dernière interview télévisée qu'il avait donné en novembre dernier, il avait eu des mots assez tranchants envers le duo de présentateurs : "Mais qu’est ce que vous leur avez fait, ils étaient complètement endormis, ils ne m'ont posé aucune question, moi j’ai besoin de répondant". Il est vrai que PPDA et Chabot ont tout deux un profil assez lisse, trop politiquement parfait et qu'il ne faut pas trop compter sur eux pour poser la question qui dérangera.

Un PAF trop figé

Qui plus est, ce tandem de journalistes n'a pas déjà suffisament été vu sous la présidence Chirac ? Pourquoi ne pas créer plusieurs tandems qui réaliseraient les interviews présidentielles en alternance avec des journalistes plus incisifs et un brin plus glamour ? Pourquoi vouloir toujours restreindre l'animation des interviews présidententielles à des présentateurs du journal télévisé ? On ne manque pas en France de journalistes de qualité, n'aurait t-on pas le droit à des questions plus pertinentes si des professionnels comme Christophe Barbier ou Eric Zemmour se collaient à la tâche ? Au delà même de cette question, on constate que le paysage audiovisuel français (PAF) est marqué par un profond manque d'alternance. Evelyne Dhéliat truste la météo depuis 20 ans, Claire Chazal monopolise les JT du week-end depuis 10 ans et PPDA a fêté 25 ans d'antenne l'an dernier. Quand on voit comment s'organisent les grilles de programmes chez nos voisins européens, on a envie de se dire à quand plus de diversité à la télé française ?

Tags:  ,  

mardi 16 octobre 2007

Pas de jackpot immédiat pour le gagnant de la Starac 7



A quelques jours du lancement de la septième édition de la Star Academy, la directrice du désormais célèbre château de Dammarie-lès-Lys, je nomme Alexia Larouche-Joubert, a annoncé un changement de taille pour le futur vainqueur. Dans une récente interview donnée à Tele Star, elle a déclarée que le gagnant de la Starac 7 ne toucherait pas un million d'euros d'entrée de jeu, comme ce fût le cas dans les saisons précédentes, mais que cette somme serait échelonnée sur plusieurs albums. En d'autres termes, cela veut dire que le ou la lauréat(e) de la Starac 7 percevra "seulement" 200.000 euros pour la sortie de son premier disque, et que les 800.000 euros restants seraient versés au gagnant uniquement s'il venait à produire d'autres albums, sacrée équation !

Eviter de nouveaux flops artistiques

A en croire les statisitiques de ventes des albums des derniers gagnants de la Starac, on peut se demander si TF1 et Universal Music ont déjà absorbés les échecs commerciaux de Magalie Vaé (1 album vendu à 16.000 exemplaires) et de Cyril Cinelu dont le premier album se fait toujours attendre. Ce n'est donc pas un hasard si en septembre 2006, après le flop de Magalie Vaé, le diecteur général d'Universal Music, Pascal Nègre a rejoint le jury de la Star Academy, pour imposer ses points de vue dans le choix de l'identité du gagant. Un jury qui sera d'ailleurs cette année élargie aux professionnels du monde de la musique avec Yvan Cassar (musicien et directeur musical de Johnny Hallday et Florent Pagny) et Sandra Zeitoun (épouse de Valéry Zeitoun, directeur du label AZ chez Universal Music). A une semaine du lever de rideau, Pascal Nègre a confessé à TF1 le casting de la Starac7 est le meilleur que l'émission de télé réalité ait eu, depuis son lancement en 2001. Un moyen comme un autre d'attirer les foules devant leurs téléviseurs, et même si la Starac7 était un flop pour Universal Music, elle restera pour TF1 un juteux fonds de commerce, grâce à Nikos Aliagas qui répétera inlassablement pendant trois mois : Chers téléspectateurs, les votes sont très serrés, tapez 1,2 ou 3 !

Tags:  ,  ,